Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homélie en Vidéo

  • DERNIERES HOMÉLIES

     ÉPARCHIE ORTHODOXE DE PARIS - FRANCE    

        

    PROJETBLASONMETROPOLEDEFRANCE2.jpg

    FAIRE SILENCE LORSQUE NOUS SOMMES APPELÉS À LA PRIÈRE

    derhomli.jpg

    Le Métropolite Michel Laroche nous explique dans son homélie que l'âme est bavarde, et lorsque le doux souffle de l'Esprit Saint nous appelle à la prière, comme Marthe nous nous agitons intérieurement et extérieurement alors qu'il faudrait que notre âme rentre en silence au pied du Christ comme Marie. Le démon rusé nous présente des taches à accomplir en nous disant: fais d'abord ceci ou cela et ensuite tu seras tranquille pour ta prière. Mais si nous l'écoutons, l'esprit de prière disparaîtra et nous aurons tout perdu.

     

    derhom.jpg

     

    Ajoutée le 8 sept. 2015

    Le Métropolite Michel Laroche nous exprime que dans le « Sermon sur la Montagne » le Christ ne cesse de nous dire avec le « Notre Père » dans le Commandement qu’Il nous donne : « Remettez-nous de nos dettes comme nous remettons à nos débiteurs » l’importance du Pardon ! C’est ce mot exacte de « dette » que le Christ explique toujours dans Son « Sermon sur la Montagne » comme le commentaire du versé du Notre Père : « Remettez-nous de nos dettes comme nous remettons à nos débiteurs ». Ce versé du « Notre Père » si mal traduit généralement en dans l’Église Catholique et dans le « Notre Père œcuménique » par : « Pardonnes-nous nos offenses comme nous pardonnons nous aussi à ceux qui nous ont offensés ». Le Seigneur n’a jamais prononcé ces mots, ni de « pardon » ni d’ « offenses ». Christ ne parle que de la dette du péché, de nos dettes qu’Il rachète sur sa Croix. En Abaissant la signification de nos dettes rachetées par le sacrifice du Seigneur sur Sa Croix qui y déchire la cédule du péché, par une idée si étrangère à la pensée du Christ, celle d’offenses, dans lesquelles il y aurait « un offensé » qui attend réparation de l’offense ; et non « la remise de nos dettes » déjà effacées sur Sa Croix par le Christ, c’est l’un des enseignements les plus importants du Christ qui est défiguré !
    Sémantiquement la controverse sur la bonne traduction en français qui donne le choix entre ces deux mots au pluriel :« offenses » ou « dettes » n’existe pas si l’on s’en réfère au texte original grec. En grec, c’est bien le mot Οφειλήματα opheilèmata présent dans le « Notre Père » et qui n’a qu’un seul sens : « dette ». Au-delà de l’exactitude d’un vocabulaire précis se dessine toute la vaste question de la remise de la dette irremboursable dont le Christ glosera lui-même dans de nombreuses paraboles. L’Apôtre Paul résume très bien le sujet en écrivant que le Christ : « a effacé la cédule de notre dette en la clouant sur la Croix » . La remise de la dette commence par celle, incalculable, de la vie offerte du Christ sur la Croix à Son Père pour effacer totalement la dette du péché. Ce prix irremboursable, acquitté une fois pour toutes sur la Croix par le Christ, donne tout son sens à la demande de la prière : « Remets nous de nos dettes » c’est-à-dire greffe-nous à Toi dans Ta Chair blessée, couronnée d’épines, transpercée, afin qu’unis à elle, nous voyons toutes nos dettes effacées par Ton sacrifice. 
    Pour que cette supplique soit agissante il est demandé aux chrétiens de faire circuler cet amour, ce pardon, dans tout le Corps de l’Église comme il circule en eux : « comme nous remettons à nos débiteurs » ; sans cette seconde partie de la prière mise en pratique chaque jour, chaque heure chaque minute, la greffe à la vigne ne prendra pas car elle ne sera pas irriguée par la sève de l’amour et du pardon.

    dekor231.gif

     

    DERHOMELIE.jpg

    http://static.blog4ever.com/2014/06/774868/artfichier_774868_3859673_201406212947283.jpg

    PENTECÔTE 2015: RESPIRONS L'ESPRIT SAINT !

     

    Homélie pour la Pentecôte 2015 : Respirons l’Esprit Saint !
    Son Eminence le Métropolite Michel Laroche dans son homélie sur la Pentecôte nous explique que l’âme est notre poumon spirituel par lequel nous respirions l’Esprit Saint par la prière en faisant ainsi battre notre cœur uni au Christ. Si nous cessons la prière, nous nous asphyxions spirituellement. Afin de mieux illustrer son propos sur la différence entre une vie vertueuse et même socialement humaniste, mais sans prière avec des œuvres réalisées sans prière , d’œuvres non faites en Nom du Christ, mais en leur propre nom qui est alors glorifié par le monde. Et des mêmes œuvres réalisées au Nom du Christ et dont nous attribuons avec humilité non à nous mêmes, mais au Christ la réalisation, alors ces dernières œuvres procurent l’Esprit saint ; C’est la Parabole des Vierges Sages et des Vierges folles.

     

     

    dekor231.gif

     

     
  • Homélie : Le Bon Samaritain : la parabole du pardon et de l’amour des ennemis.


    Le Métropolite Michel Laroche dans son homélie sur l’Evangile du Bon Samaritain nous explique que pour donner comme exemple l’amour du prochain le Christ parle d’un Samaritain ennemi des Juifs et hérétique par rapport à la religion judaïque. L’homme à demis mort sur le bord du chemin laissé par les biens pensants représentés par un Lévite et un prêtre qui se détourent, est lui aussi un homme à demi mort spirituellement, les brigands symbolisant les démons qui ont laissé cet homme ainsi. Ce Samaritain a va être saisi de compassion pour cet ennemi qu’il prend alors sur sa monture en l’oignant d’huile et de vin et en le conduisant à l’aubergiste ( l’auberge symbolise l’Eglise). Le Métropolite Michel nous montre que le Samaritain c’est le Christ qui se charge de nos vies telles qu’elles sont, et non pas uniquement du péché, en crucifiant sur Sa Croix et en le déposant au Tombeau tout le mal qui est dans nos vies pour que nous ressuscitions avec lui l’unique Bien. Mais surtout le métropolite Michel nous explique que le Christ Eucharistique porte en Lui dans Sa Chair blessée couronnée d’épines sur la quelle on a craché, qui a été souffletée, tous ceux qui l’ont persécuté, qu’Il porte en Lui le persécuté et le persécuteur, qu’Il uni à Lui l’ami et l’ennemi ! C’est ce geste du Bon Samaritain de prendre sur lui l’ennemi qui donne l’espérance du salut. Le véritable amour du prochain c’est d’aimer ses ennemis et d’espérer dans leur salut. « La parole du Notre Père « Remets nous de nos dettes comme nous remettons à nos débiteurs » est une promesse du salut adressée à tous ceux qui pardonnent. « Le pardon et l’amour des ennemis sont supérieurs au jeûne, car le jeûne peut conduire à l’orgueil, mais le pardon et l’amour des ennemis conduisent au Paradis. » Le Seigneur nous interrogera à propos de notre regard sur celui qui nous a persécuté en nous demandant : « Comment l’as tu regarder. As tu arrosé son bon jardin. ? » Il nous dira : « C’est parce que tu as arrosé son Bon Jardin qu’il a changé et qu’il devenu bon ». où Il nous reprochera : « Si tu avais espéré en son salut et arrosé son Bon Jardin à la place d’arroser son Mauvais Jardin, c’est son Bon Jardin qui aurait grandi et toi et lui vous auriez été sauvé ! ». Après son Homélie le Métropolite Michel demande à chacun d’aller prendre un ou plusieurs cierges et de les allumer à l’intention : « des personnes avec qui nous avons des problèmes des difficultés ou qui nous persécutes. »

  • Homélie sur l'intercession de la Mère de Dieu et sur les nouveaux martyres Arabes

     Le Métropolite Michel Laroche dans son homélie pour la Fête de la Dormition de la Mère de Dieu ( 2013)  nous explique  l’importance dans l’Eglise Orthodoxe de l’intercession de celle qui est nommée par la Tradition « l’Avocate des causes désespérées ». Dans la première partie de son homélie  le Métropolite Michel Laroche nous expose les bienfaits de l'intercession de la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie lorsque nous la sollicitons dans nos épreuves. Elle comprend toutes les douleurs, elle qui s'est tenue à côté de la Croix sur laquelle agonisait Son Fils Jésus Christ. C’est elle qui prie à notre place lorsque nous ne savons plus comment prier. C’est elle  et qui intercède infatigablement lorsqu’il nous nous sommes incapable de surmonter les épreuves qui nous accables . Son intercession produit dans notre âme un incomparable apaisement et consolation qu’aucun réconfort  humaine n’avait pu nous procurer.

    Dans la seconde partie de son Homélie le Métropolite Michel Laroche nous invite à prier les Nouveaux Martyrs Arabes qui en ce moment même offrent leur vie au Christ en Syrie, au Liban et en Mésopotamie : « nous invitons tous les baptisés à célébrer cet office qui leur apportera des grâces par les prières de ces incontestables Nouveaux Saints Martyrs Arabes. Nous avons demandé à Notre Très Cher Fils en Jésus Christ,  Notre Exarque pour les monastères de notre Métropole, Monseigneur l’Archimandrite Mitrophore Séraphim, de recueillir  au Liban, en Syrie et dans la mesure du possible en Mésopotamie ( Irak) tous les noms des Nouveaux Martyrs qui seront ajouter dans une page de diptyque spécifique à cet office.

    Après  avoir prier nous avons fixé la célébration annuelle et solennelle des Nouveaux Martyrs Arabes le jour du Dimanche qui suit la Fête du Seigneur de la Théophanie – le baptême du Christ – car leur Martyr évoque la parole de l’Apôtre « Enseveli avec le Christ vous ressuscitez avec Lui » ( Col II, 12) et le baptême de leur sang évoque cette autre parole de Saint Paul  « Vous tous qui avez été baptisé en Christ vous avez revêtu le Christ. » (Gal III, 27) Ce jour là on rajoutera les lectures du commun des martyrs. »

  • Homélie sur la Prière et l'acquisition de l'Esprit Saint -Pentecôte 2013


    Le Métropolite Michel Laroche  dans son Homélie de la Pentecôte 2013 évoque cet adage des Pères du désert : « Si tu veux prier,  pries Dieu qui donne la prière à celui qui prie ».  En rappelant que c'est L'esprit saint qui est en nous l'Auteur de la Prière. Le Métropolite Michel nous commente la parabole des Vierges Folles et des Vierges sages en nous donnant à comprendre que l'huile symbolise la prière et la présence dans l'âme ( la lampe à huile ) de l'Esprit Saint auteur de la prière.  Les vierges folles accomplissent des œuvres pieuses qui sont louangées par le monde ; mais le faisant sans prière, elles flattent leur orgueil,  elle s n'accomplissent rien aux yeux de Dieu. Il nous faut redevenir comme la Béatitude nous l'enseigne « pauvre en esprit », c'est à dire se reconnaître pauvre en Esprit Saint pour pouvoir recevoir la richesse éternelle  du Royaume des Cieux  qui est l'Esprit Saint.

  • Dans le Carême Faisons grandir le Christ en celui qui nous persécute

    Avec le Premier Dimanche de Carême ( 2013) le Métropolite Michel Laroche a choisi de commenter la parabole des Bouc et des Brebis. Il nous explique que de donner aux pauvres n'est qu'une interprétation limitée de cette parabole et que les véritables pauvres son ceux qui n'ont pas la vie en Christ. Nous devons changer notre regard durant le Carême sur celui ou celle avec qui nous avons un conflit, ou qui nous persécute : Nous devons par notre regard le revêtir du Christ, le revêtir de l'espérance du salut. Lorsque le Christ nous dira : » au plus petit à qui vous ne l'avez pas fait, c'est à moi que vous ne l'avez pas fait », il n'a pas seulement désigné certains et pas d'autre, mais tous, c'est à dire également nos ennemis. « Lorsque j'ai eu faim et soif de mon amour qui aurait pu faire grandir dans cette âme mon amour divin, tu ne m'as pas rassasier ; lorsque j'étais nus de ma Présence dans cette âme tu ne l'as pas revêtu ; tu n'as pas revêtu du Christ cette âme qui ne demandait pour elle que l'espérance de son salut. Tu ne l'as pas réchauffer de mon amour divin, alors que si tu l'avais fait, tu aurais semer ma vie en elle en lieu et place de la haine. » paraphrase encore le métropolite Michel Laroche. Trois choses apportent la paix, conclue le métropolite Michel Laroche : le pardon illimité, la prière pour les ennemis et l'amour pour eux.

    • Catégorie

    • Licence

      Licence YouTube standard


  • Apprenons à prier comme le Publicain en regardant nos péchés!

    Le métropolite Michel Laroche dans son Homélie à l'occasion  du premier Dimanche du Triode de Carême (2013) nous explique comment prier comme le Publicain. Le Publicain se voyait comme un pécheur et à cause de la vision qu'il avait de ses péchés bien réels , il gémissait, n'osait lever les yeux vers le Seigneur dont il se sentait indigne ? Wladika Michel nous rappelle que saint Isaac le Syrien enseigne que celui qui voit ses péchés est plus grand que celui dont la prière ressuscite un mort. Comment est-ce possible demanda un disciple à son Abba, car celui dont la prière ressuscité un mort a une foi ardente et sans doute il est saint et n'a donc que peu de péchés ? L'Abba répond à son disciple : « Parce que celui qui ressuscite un mort c'est un mort extérieur qu'il ressuscite alors que celui qui voit ses péchés c'est son mort intérieur qu'il ressuscite. Saint Isaac ajoute avec Saint Jean Chrysostome que voir ses péchés est plus désirable que voir les anges. Telle est la voie du salut.

  • Homélie sur le Jeune Homme Riche ou comment suivre le Christ. Précédée de l’importance de la confession avant la communion.

    Le Métropolite Michel Laroche avant de faire le commentaire de l'Evangile du Jeune Homme Riche qui ne suit pas le Christ, nous explique l'importance de la confession avant la communion Eucharistique qui est un renouvellement de notre baptême. Dans son Homélie sur la Jeune homme Riche le Métropolite  Michel Laroche  discerne ceux qui sont appelés en suivant le Christ à un ministère, comme les disciples et les apôtres à qui Il dit comme au Jeune Homme Riche :"Viens et suis moi". Et tous ceux qui semblables à l'ensemble des croyants à qui le Seigneur  propose dans le Mystère Eucharistique de venir, comme dans la maison de Zachée le Publicain, se reposer en eux,  afin qu'eux aussi, semblable à de nouveau Zachée, se reposent en Lui. C'est cette venue du Christ qui opère une transformation dans leur façon d'agir dans ce siècle qu'ils ne quittent pas comme les Apôtres qui ont tout quitté pour suivre le Christ. Mais tels de nouveaux Zachée, "ils ne prennent plus indument; ils distribuent la moitié de leur biens aux pauvres et remboursent au quadruple ce qu'ils ont perçu malhonêtement" avant la venue en eux  du Christ. Le Christ leur demande pour Le suivre, non pas comme aux évêques aux  prêtres et aux moines , de renoncer au monde ou de se consacrer aux autres, mais   de changer leur manière de vivre dans la vie normales de tous les jours, de Christiser leur vie. Ils accomplissent la Parole du Seigneur "Faites bon usage du mauvais argent."  Pourquoi, Le Seigneur ajoute le Métropolite Michel Laroche qui comme Dieu connait tout à l'avance, savait donc  que le Jeune homme Riche répondrait par la négative à Son appel, l'appelle-t-il quand même? Parce qu'en Christ l'amour est plus grand que la connaissance.

  • Homélie: Portons par la prière notre ennemi comme le Bon Samaritain

     

    Dans son homélie le Métropolite Michel Laroche nous explique que si certes le Bon Samaritain figure le Christ qui prend sur lui notre humanité malade, blessée, a demi morte à cause du péché, c'est aussi nous mêmes, appelés à prendre sur notre monture, notre prière , celui que nous avons laissé de côté, notre ennemi, notre adversaire, notre persécuteur. Le Samaritain qui se substitue au clergé régu
    lier qui se détournent de cet homme impur au bord de la route, est est schismatique ; pourtant dans ses œuvres d'amour en se portant avec miséricorde vers son ennemis héréditaire, un juif mourant, il agit comme porteur des grâces de la véritable Eglise."Je confesse tout ce que l'Eglise Orthodoxe confesse, je rejette toute ce que l'Eglise Orthodoxe rejette, mais si je n'ai pas l'amour, et particulièrement l'amour des ennemis, je ne suis pas dans l'Eglise." 

    Notre coeur est élargie de l'amour que nous nous portons les un et les autres et un coeur agrandi laisse plus de place au Christ. En vérité c'est l'amour du Christ qui fait grandir l'amour des Frères. Mais une dimension est plus grande que toute celle-là, et j'en parle dans ma dernière homélie: c'est l'amour des ennemis et la prière pour eux. Dans cette dimension Il n'y a plus que le Christ:" ce n'est plus moi qui vis c'est le Christ qui vit en moi" 

    nous dit encore le Métropolite Michel Laroche.
     
    1

  • Trouvons dans le silence du Tombeau la Joie du Christ Ressuscité!


    Le métropolite Michel Laroche du Patriarcat de Kiev nous parle lors de la nuit de Résurrection du Christ 2012, du silence du Tombeau dans le quel les femmes Myrophores trouvent, alors qu'elles connaissent le doute et le deuil, la Joie du Christ Ressuscité."Que toute chair humaine fassent silence" chante l'Eglise Orthodoxe dans la liturgie du Grand Samedi, annonce que c'est dans le silence du tombeau, après avoir fait se taire en nous tous les raisonnements de ce monde, que nous trouverons désormais le Christ Ressuscité. Le Christ est Ressuscité!


  • Homélie sur l'Epitaphios ( l'ensevelissement du Christ)


    Le Métropolite Michel Laroche ( patriarcat de Kiev) nous parle de son expérience intérieure de la célébration du Vendredi Saint de la mise au Tombeau de Notre Seigneur Dieu et sauveur Jésus Christ ( Office de l'Epitaphios): Il expérimente la perte de sensation de la présence du Christ, cette traversée du désert vécue par de nombreux mystique, semblable à la perte de la Lumière qu'Adam subit après son expulsion du Paradis devant la porte du quel il se souvenait de la douceur de la Présence de la Trinité Toute Sainte.Mais ce désert intérieur sans le Christ qui n'est plus présent durant trois jours physiquement dans le monde est pour nous imbibé de l'espérance de Sa Résurrection.