Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Homélie sur la Rupture avec le monde

    Le Métropolite Michel Laroche à l'occasion des ordinations d'un prêtre et d'un diacre pour la Métropolie Orthodoxe de France du Patriarcat de Kiev, nous parle de l'appel du Christ qui constitue avec les épreuves de la vie une rupture avec le monde. Il nous explique pourquoi le Christ a appelé le Jeune Homme Riche comme un disciple " Viens et suis-moi" alors que comme Dieu il connaissait déjà sa réponse négative: en Dieu l'amour est plus grand que la connaissance...

  • Un article dans le Nouvel Observateur sur la persécution des Chrétiens dans le monde Musulman

    L'édito remarquable et courageux  de Jacques Julliard, du Nouvel Observateur.

     

    La chasse aux chrétiens

     

    Le christianisme est devenu, de loin, la religion la plus persécutée. 

    Mais l'Occident fait l'autruche

     

    Ce n'est rien. Rien que des chrétiens qu'on égorge. Des communautés 

    religieuses que l'on persécute. Mais où cela ? - Un peu partout. En 

    Inde, au Bangladesh, en Chine, au Vietnam, en Indonésie, en Corée du 

    Nord. Là où ils sont minoritaires. Et surtout en pays musulman. Et pas 

    seulement en Arabie Saoudite où le culte chrétien est puni de mort. 

    Mais en Egypte, en Turquie, en Algérie. Dans le monde actuel, le 

    christianisme est de loin la religion la plus persécutée.

    Mais c'est au Proche-Orient, là même où le christianisme a pris 

    naissance, que la situation est la plus grave. En Turquie, les 

    communautés chrétiennes qui sont les plus anciennes, antérieures à 

    l'islam, sont menacées de disparition. En Egypte (coptes), au Liban 

    (maronites en particulier), elles se replient sur elles-mêmes ou 

    émigrent en Occident. En Irak, la guerre a précipité les chrétiens dans 

    le malheur. Près de 2 000 morts, des populations déplacées par 

    centaines de mille, notamment vers le Kurdistan turc, plus accueillant. 

    On ne compte plus, à travers le Proche-Orient, les communautés 

    attaquées, les dignitaires religieux assassinés, les églises brûlées, 

    les interdictions professionnelles, de droit ou de fait, dont sont 

    victimes les chrétiens. Un génocide religieux à la petite semaine.

    Ajoutez à cela que les divisions internes sont innombrables et donnent 

    le vertige, rapportées à la faiblesse des effectifs. Sur environ 14 

    millions de chrétiens d'Orient, environ 5 millions sont catholiques. 

    Les autres, orthodoxes, monophysites, nestoriens, portent la trace de 

    l'immense débat christologique des IVe et Ve siècles de notre ère. Les 

    nestoriens affirment la dualité des personnes dans le Christ : une 

    personne divine, le logos, une personne humaine, Jésus.

    En sens inverse, les monophysites affirment que l'humain et le divin 

    constituent dans le Christ une seule nature. C'est le cas des coptes 

    orthodoxes.

    Pendant des siècles, les musulmans, venus ensuite mais devenus 

    majoritaires, et les chrétiens ont fait bon ménage. Que se passe-t-il 

    donc depuis cinquante ans ? D'abord, le réveil de l'islam sous une 

    forme agressive et identitaire, comme si le Proche-Orient appartenait 

    exclusivement aux musulmans. Ce sont les Frères musulmans qui mènent 

    les attaques contre les coptes égyptiens : à Nag Hammadi, à 60 

    kilomètres de Louxor, en Haute-Egypte, une voiture a mitraillé les 

    fidèles qui sortaient de la messe de Noël (6 janvier 2010). Bilan : 

    sept morts. Par un paradoxe qui n'est qu'apparent, la démocratisation 

    des régimes renforce l'intolérance et l'exclusivisme musulmans : les 

    chrétiens d'Irak étaient moins menacés sous la dictature de Saddam 

    Hussein qu'ils ne le sont aujourd'hui. Les despotes étaient le plus 

    souvent héritiers du pluralisme traditionnel. Dans la quasi-totalité de 

    ces pays, l'islam est désormais la religion d'Etat. Et le djihad 

    anti-occidental ainsi que l'agression américaine en Irak ont transformé 

    les chrétiens en représentants de l'Occident maudit.

    C'est à la lumière d'une disparition prévisible à court terme, si rien 

    n'est fait, que le pape a convoqué un synode des évêques d'Orient (10 

    au 24 octobre 2010) pour tenter d'attirer l'attention sur ces 

    persécutions et de passer un nouveau pacte pacifique avec les 

    populations musulmanes.

    Pendant ce temps, l'Occident fait l'autruche. Pour ma part, ayant passé 

    la plus grande partie de ma vie militante à défendre des populations 

    musulmanes (Tunisie, Algérie, Bosnie, Darfour), j'ai pu constater que, 

    chaque fois qu'il fallait le faire pour des chrétiens (Liban, 

    Sud-Soudan), on voyait, à quelques exceptions près (Bernard-Henri Lévy 

    Bernard Kouchner), les professionnels des droits de l'homme se défiler. 

    Une sorte de Yalta culturel d'un type nouveau est en train de 

    s'instaurer de fait : en Orient, le monopole d'une religion unique de 

    plus en plus intolérante, l'islam. En Occident, le pluralisme, la 

    tolérance et la laïcité. Ce Yalta est, comme l'autre, générateur de 

    guerre froide, pour ne pas dire davantage. Il faut donc, sans 

    arrière-pensée ni faiblesse complaisante, défendre le droit des 

    chrétiens d'Orient à l'existence.

    Jacques Julliard

     

     

  • A propos des martyrs de Bagdad

     

     

    st-r-03.jpg

    A propos des martyrs de Bagdad.

     

     

    Dans l'Église primitive à juste titre on considérait comme saint les personnes qui avaient dans quelques circonstances que ce soit reçu la couronne de martyre pour leur foi chrétienne de la part des impies. Leurs reliques étaient conservées et souvent l'on érigeait sur le lieu de leur martyr une Église  où leur reliques étaient vénérées. J'entends dire ici et là qu'il faut prier pour ces martyrs; j'aurais tendance à dire qu'il faut prier pour tous les chrétiens confesseurs de la foi qui demeurent dans  la situation que l'on connait aujourd'hui en Irak et en Égypte. j'aurais tendance à dire qu'il faut confier aujourd'hui toutes nos intercession par les prières des nouveaux martyrs Irakiens qui comme dans l' Église copte qui subie elle aussi des actes de barbaries de la part de fanatiques islamiques, en particuliers la dizaine de jeunes adolescents martyrs d'il y a vingt ans, tous massacrés dans une église comme hier à Bagdad. J'aurais tendance à dire  que c'est un signe des temps que l'Église au-delà de ses divisons, Catholique, Orthodoxe, Monophysite Copte, etc... engendre des saints martyrs qui baptisent de leur sang des terres réputées musulmanes, alors que la présence chrétienne ininterrompue depuis presque vingt siècles en font des champs anciens chrétiens sur lesquels le sillon de l'ascèse et la semence de la Parole n'ont jamais cesser de produire les fruits d'une vie chrétienne silencieuse mais fervente. Je pense aussi aux apparitions mariale au dessus de nombreuses églises copte en Égypte  à Alexandrie comme au Caire tant en 2009 qu'en 2010,     filmés par de nombreux téléphones portables munis de caméras  et diffusées immédiatement sur YouTube, et devant une foule de dizaine de milliers de  personnes où Musulman et Copte acclament la Mère de Dieu pour les uns et ou Myriam pour les autres, devant une police présente et muette. Le film "des Dieux et des Hommes" vient de nous rappeler à la fois et à la foi, cette forme de témoignage en terre musulmane mais aussi ce qui précède et qui suit ce martyr, la prière et le silence, la fraternité avec tous en particulier les musulmans qu'il faut distinguer des fanatiques islamiques, ce que faisaient les moines de Thibéride, nous souvenant qu'en toute chose selon la parole du Père Porphyre il faut dans chaque homme  discerner qu'il y a deux jardins l'un rempli de fleurs et de fruits et l'autre de ronces et d'épines, et qu'il appartient aux chrétiens d'arroser uniquement le bon côté du jardin et que l'autre se dessèchera de lui-même si on ne l'arrose plus.

    Souvenons-nous  de la prière du saint hiéromartyr Perse  l'évêque Aceptimas dont nous célébrions la Fête avec l'ancien calendrier,   ce mardi 16-03 novembre 2010, qui versant son sang prononça avant de rendre son âme au Seigneur: "Je te rend grâce Christ, Fils de Dieu, de m'avoir jugé digne de ce second baptême qui me purifie de tous mes péchés."

    Seigneur par les prières de tous  tes saints nouveaux martyrs aie pitié de nous

     

  • Homélie sur le doute dans la foi de Thomas

    Cette homélie s'adresse à tous ceux qui traversent l'épreuve du doute de Thomas, soit qu'elle se place comme une étape dans leur quête du Seigneur, soit que ce doute se situe comme une sorte de recul par rapport à une foi plus forte qu'ils pensaient avoir avant. Dans son homélie le Métropolite Michel Laroche nouis fait découvrir que Thomas, comme beaucoup de personnes qui traversent ce gué du doute, était sans le savoir habité par quelque chose de plus grand, de plus étenel  que cette foi vacillante: l'amour (agapé) du Christ. Dans son obscurité passagère, Thomas ne cessait d'être habité par la lumière du Christ Eucharistique auquel il avait communié avec tous les apôtres, et d'éprouver pour le Christ Jésus cet amour qui lui tenait lieu de fidélité et d'espérance .

  • Dialogue avec une Jeune Fille aimant le Christ

     

    Vierge du Signe.jpg

    -Monseigneur je vous demande des prieres pour moi puisque je veux vivre dans le silence spirituel, pour ecouter a Dieu , Pere amoureux. je prie avec vous pour votres inte

     

     

    - Chère soeur en Christ, je suis très ému par votre mot . Il nous est donné à tous la possibilité de découvrir que notre âme est la fiancé promise de l'Époux: le Christ . le Père organise les Noces, comme dans la parabole, mais ce sont les Noces de Jésus, que nous invoquons de tout notre coeur afin que le coeur absorbe Jésus que Jésus absorbe notre coeur et que les deux deviennent un comme l'enseignent les Pères. Lorsque vous recevez le Christ Eucharistique dans la communion , Il est dans votre coeur. Vous pouvez murmurez son Saint et Divin Nom, dans cette union incomparable:Jésus, Jésus, Jésus. C'est ainsi que votre coeur devient l'Autel d'une nouvelle liturgie.  Comme  vous pouvez le contempler sur l'Icône de la Vierge du Signe, c'est le Christ Eucharistique qui est présent dans le Coeur de la Théotokos ( Mère de Dieu) comme il est présent dans le cœur de tous ceux qui le reçoivent dans Son Corps et dans Son sang et murmurent amoureusement son nom divino-humain, Avec amour en Christ +Métropolite Michel

     

  • A propos de l'avenir du Blog du Métropolite Michel Laroche

    Chers amis

    Vous avez été au mois d'octobre  2226  à venir visiter notre Blog et à consulter 3300 pages sans comper les vidéo des Homélies.

    Cela démontre l'audience croissante des thèmes spirituels de la mystique chrétienne orthodoxe dont je m'efforce de n'être qu'un témoins, le plus tansparent possible au Christ:"Il faut qu'Il croisse et que moi je diminue".

    Comme je l'ai écrit sur ma page FaceBook, je suis absorbé en ce moment par l'écriture d'un nouvel ouvrage qui fera suite à "La voie du silence dans la tradition des Pères du désert" et je passe devant mon ordinnateur et dans ma bibliothèque de longues heures qui m'absorbent, ce qui explique que je ne peux, pour de long mois, placer régulièrement  de nouveaux textes sur ce Blog. En revanche vous  y trouverez  certaines de mes  homélies que je pronone dominicalement et pour les grandes Fêtes.

    je vous encourage à venir sur ma page FaceBook me poser des questions: j'y répond toujours car je donne une priorité à ma vie apostolique et pastorale. Parfois si la question revêt à mes yeux un caractère universel je publirai simultanément la réponse sur faceBook et sur ce Blog.

    Incredintarea-Sfantului-Apostol-TomaTTTTTTT.jpg

     

     

    J'espère écriredans quelques jours une méditation sur l'apôtre Thomas   ou celle -ci sera le sujet de ma prochaine homélie.

     

    Avec amour en Christ

     

    +Métropolite Michel Laroche ( Patriarcat de Kiev)