Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 77 Aphorismes sur le Pardon (2)

     

    crucifixion.jpg
    21- Le pardon tout comme la Paix se porte avec une couronne d'épines.

    22- Le pardon a ses racines dans la Croix du Christ. Le pardon est distribué avec le Corps et le Sang du Christ ; aussi celui qui ne pardonne pas refuse la Croix, Celui qui est sur la Croix, et le don qu'Il fait de Son Corps et Son Sang. Celui qui ne pardonne pas s'est exclu du sacrifice, et s'il communie, il communie non pour son salut mais pour sa condamnation.

    23- Il y a trois sortes de pardon :

    25-Le premier pardon est corporel ou extérieur, l'homme pardonne les méchancetés de ceux qui sont en dehors de chez lui. Même s’il existe une graduation, dans les blessures, il ne pardonne qu'à des personnes étrangères à sa propre maison. Ce pardon, bien que mieux que rien du tout, est infirme et ne conduit pas au salut.

    26-Le second pardon est psychique, car il concerne les liens de l'âme. L'homme pardonne à ses propres membres. Bien des humains pardonnent difficilement aux membres de leur propre famille, et surtout venant la vieillesse, à leur conjoint. Souvent l'ennemi se cache dans une personne proche, non pas que celle-ci soit volontairement notre ennemi, mais cela vient de ce notre propre cœur lui ait donné cette place. Ici se situe la racine de la haine, et si nous ne défrichons pas avant la mort le terrain, en acceptant que le Seigneur est non seulement mort pour nous sur la Croix mais aussi pour cette personne que nous haïssons, alors tous les autres pardons que nous aurons pu faire dans notre vie sont sans valeur ; parce que c'est justement cette personne là qui est importante et parce que le Seigneur a donné sa vie pour elle. Ce pardon pourtant est à la fois indispensable et insuffisant. C’est à ce pardon que la parabole du mauvais riche fait allusion : le mauvais riche, s’en allait donner avec des trompettes des oboles aux pauvres de Jérusalem, pour en recevoir le prix d’une gloire toute humaine sur la terre, laissant contre le mur de sa propre maison le pauvre Lazare qu’il ne voyait pas, et qui pourtant le suppliait chaque jour pour un morceau de pain.

    27-Le troisième pardon est spirituel, car sans lui il n'existe pas de prière qui soit reçue par Dieu. C'est le pardon à tous les ennemis et persécuteurs qui se trouvent soit à l'extérieur soit à l'intérieur, et dont les calomnies plongent l'âme dans la douleur, l'angoisse et le ressentiment. L’âme doit lutter pour pardonner et supplier le Seigneur de voir chacun de ses persécuteurs, porté par le Christ et uni à Lui dans Sa chair blessée, couronnée d’épines, sur laquelle on a craché, qui a été souffletée et crucifiée. Car le Christ est également mort pour eux. La perfection du pardon commence bien par   voir chacun de ses ennemis uni à la chair martyrisée du Sauveur, aimé tendrement par Lui qui est mort tant pour eux que pour soi-même. C'est uniquement à partir de ce degré que l'on peut parler du pardon véritable et de l’amour des ennemis.

    28- Il existe des faux pardons :

    29- Il arrive que l'homme pardonne par indifférence et condescendance : Celui qui a fait une faute contre lui, lui apparaît comme tellement inférieur, ne pouvant nullement l'atteindre, que le pardon qu'il lui donne est une nouvelle façon d'affirmer sa supériorité et de l'écraser. Ce pardon non seulement n'a aucune valeur, mais il attise la haine, et précipite l'âme de celui qui pardonne ainsi dans la compagnie des démons. Ce pardon est pire que le non-pardon, car il fait semblant de se revêtir du vêtement de l'amour, pour dissimuler l'orgueil et le mépris.

    30 - Il y a également cinq degrés dans le pardon :

    31 -Le premier vrai degré du pardon appartient à ceux qui pardonnent, par obéissance aux commandements salutaires du Christ. Ils n'éprouvent, aucune commisération envers la personne à qui ils pardonnent, et ce pardon leur coûte. D'autre part ils pensent que ce pardon leur appartient, et ne le tiennent pas encore comme venant du Christ. Cependant ils placent au-dessus de leur conscience la Loi divine, et même si ce pardon est le plus petit de tous, il contribuera à leur salut.

    32 -Le second degré du pardon, est dans la difficulté de pardonner. L'homme ne parvient pas à pardonner à son ennemi et persécuteur. Certes il a exercé ce pardon envers une multitude d'hommes, mais pour cette personne en particulier, il n'éprouve que ressentiment et parfois haine. Alors il gémit en reconnaissant devant le Christ son impossibilité humaine à pardonner. Et c'est en prenant conscience à la fois de cette faiblesse devant Dieu, et que le Christ a pardonné à ce persécuteur et qu'Il est mort sur la Croix également pour lui, que, sans le savoir il a atteint le second degré du pardon. En effet tout en ne parvenant pas à pardonner lui-même, il implore, sans en avoir conscience, le pardon du Christ sur cette personne.

    33-Le troisième degré du pardon est la conscience que la source de tout pardon existe, dans le pardon que nous recevons du Christ Crucifié pour nos péchés, et que c'est de Son bien que nous remettons alors leur dette à nos débiteurs. Dans ce degré l'homme découvre que c'est toujours le Christ qui est le premier blessé par la faute qui est commis contre n'importe quel homme, car le Christ est présent dans chacun d'eux. « Au plus petit à qui vous l'avez fait c'est à moi que vous l'avez fait »[1].

    34 -Le quatrième degré du pardon est de prier avec ferveur et amour, en se jugeant plus pécheur que lui, pour notre persécuteur. C'est à ce degré seulement que nous réalisons la parole du seigneur «  aimer vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. » [2] C'est à partir de ce degré que l'âme discerne que le Christ est notre unité, notre communion dans Sa Chair Crucifié avec tous les hommes et avec notre persécuteur, car il nous porte ensemble dans Sa Chair sur Sa Croix. L'homme qui a atteint ce degré, comme le dit notre Père Saint Syméon le Nouveau Théologien: «  Il prie pour les péchés des autres, comme si c’étaient ses propres péchés. »

    35- Il existe un cinquième degré, qui surpasse tous les autres, car il se rend semblable au sacrifice du Christ qui meurt sur la croix, en pardonnant à ses ennemis, et pour le salut de tous les hommes. Ce pardon est à l'image de Dieu, car il voit dans l'ennemi, un futur Saint qui sera au Paradis plus haut placé que lui. C'est bien ainsi que Saint Stéphane lapidé, vit parmi ses assassins, dans le visage de l'un d'eux, le visage du Christ. Il discerna en Saul, le futur Paul le glorieux Apôtre des nations. Aujourd'hui assassin demain il sera un saint! Ainsi est le regard de celui qui a atteint le cinquième degré du pardon.

    36-Le pardon espère toujours le salut et la sainteté de son persécuteur.

    37- Celui qui voit le visage du Christ dans celui de son persécuteur, sème le Christ dans le cœur de son persécuteur.

    38- Celui qui voit le visage du Christ dans celui de son persécuteur, sans le savoir connaît la béatitude «  Bienheureux le cœur purs car ils verront Dieu. »[3]

    39- Celui qui croit voir le visage du Christ dans celui de son prochain, et ne le voit pas encore dans celui de son persécuteur, est plus qu'un aveugle.  En effet un aveugle sait qu'il ne voit pas, alors que celui-ci boit l'eau d'un mirage.

    40- Pourtant parfois, à cause de l'orgueil qui simule la vertu, il sera à certains plus facile de pardonner une très grave blessure qu'une minuscule. Le démon a aidé a certain à pardonner en plein jour, par orgueil, des ennemis, pour la nuit, dans son foyer en dehors du regard des autres, n'avoir pas remis une dette minuscule aux membres de sa propre chair.



    [1] Mt XXV, 40

    [2] Mt V, 44

    [3] Mt V,8