Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité et Vie pastorale

  • Une église incendiée par des islamistes en Égypte

     Texe publié sur de nombreux sites concerant les persécutions antichréteiennes dans le monde:  Quand des chrétiens sortent de la Messe ou d’un service le dimanche, il ne leur viendrait pas à l’idée d’aller en cortège attaquer une mosquée voisine et d’y mettre le feu. Dans les pays musulmans, par contre, il n’est pas rare qu’après la “grande prière” du vendredi, des musulmans chauffés à blanc par des prônes haineux contre les chrétiens décident de passer de la théorie à la pratique. C’est ce qui s’est, une nouvelle fois, passé hier dans le village de Sarsena (province du Fayoum à une centaine de km au sud-ouest du Caire). Menée par des salafistes, une foule de musulman s’est précipités vers l’église Saint-Georges qui compte deux cents familles coptes, au motif que « le voisinage de cette église avec des musulmans était illégale et qu’elle devait être déplacée ». Déplacer une église n’étant pas chose aisée, le plus commode est de la démolir et de l’incendier. Ce à quoi se sont échinés ces musulmans, lançant des pierres et des briques contre le bâtiment, grimpant sur le toit pour démolir le dôme y bouter le feu, provoquant son effondrement dans l’église. Plusieurs chrétiens, dont le curé, le Père Domadios, ont été blessés par les assaillants agissant dans la parfaite passivité des forces de polices présentes sur place.
    La réflexion du Métropolite Michel Laroche:
    Gardons nous de dire que des chrétiens dans le passé n''ont pas commis des exactions semblables .Lors de la première croisade en octobre 1098 des troupes chrétiennes conduites par Raymond de Saint Gilles compagnon de Bohémond de Hauteville le conquérant d'Antioche, s'emparèrent de la ville d'Arabe et musulmane de Al-Bara, ( il existait des arabes chrétiens) qui se rendit sans comba,t confiant dans les promesses d'une vie sauve: tous hommes femmes enfants nouveaux nés furent massacrés ( ou vendu comme esclaves) avec la bénédiction des prêtres présents. La mosqué fut transformée en église et le nouvel évêque, un prêtre nommé Pierre de Narbonne, fut consacré, à la demande de Raymond, par le patriarche orthodoxe d'Antioche. Les chroniques disent que la foule des croyants qui suivaient les croisés, et qui n'étaient pas de véritable combattant, s'installèrent dans les maisons occupées précédemment par leurs habitants musulmans. Combattons le fanatisme qu'il soit chrétiens ou musulman mais gardons nous de penser que des chrétiens ( qui certes s'écartaient des enseignements du Christ) n'ont pas au cours des siècles commis des crimes affreux au nom de leur prétendu foi chrétienne... l'Inquisition, plus récemment les guerres éthniques et religieuses entre Croates, Albanais et Serbes tant lors de la dernière guerre mondiale que dans les années 1990 ont fait couler du sang. En revanche prions pour les nouveaux martyrs chrétiens tant Syriens que Coptes, ou Nigériens qui aujourd'hui versent pour le Christ leur sang innocent.



    +Métropolite Michel Laroche

  • O altă poruncă uitată a Domnului: „Lăsaţi copiii să vină la Mine”1

    Le Bon Samaritain.jpg


     

    Un articol de actualitate pastorală

     

     

     

    O altă poruncă uitată a Domnului:

     

    Lăsaţi copiii să vină la Mine1

     

     

     

     

     

    Mitropolit Michel Laroche 

     

    Traduit par Madame Mihaela Mihăilă 

     

     

     

     

     

    Trebuie oare să refuzăm botezul copiilor ai căror părinţi nu respectă toate regulile Bisericii Ortodoxe?

     

    Această întrebare a fost pusă din nou, acum câteva săptămâni, când Iosif şi Maria2 au vrut să intre într-un han pentru ca Maria să-l nască pe Iisus, iar hangiul, ca şi acum două mii de ani, le-a refuzat şi lor, şi copilului lor, adăpostirea în han. Comparaţia este potrivită. Pentru că este vorba aici, efectiv, de locul plin de har, de hanul veşnic care este Biserica şi de darul pe care ea trebuie să-l dea la cea de-a doua naştere, unui om: Sfântul Botez.

     

    Le datorez cititorilor creştini ai acestui articol circumstanţele exacte ale acestui refuz, care îmi tulbură imaginea pe care o am vizavi de Biserică – şi care, după mine, este plină de iubirea fără margini a lui Hristos.

     

    Într-o catedrală ortodoxă din Paris, un cuplu care-şi purta în braţe primul lor copil a bătut la poarta „Hanului”. Erau o familie obişnuită, aşa cum există multe în vremea noastră: soţia, născută în credinţa ortodoxă şi enoriaşă a acelei biserici; soţul, agnostic, nebotezat, însă deschis religiei suficient pentru a dori, împreună cu soţia lui, să-şi boteze copilul. Ca şi pentru Maria şi Iosif şi copilul lor care urma să se „nască”3, „hangiul” – preot sau episcop – le-a refuzat intrarea în Biserică. 

     

    Din ce cauză? Fără îndoială, pentru că nu fuseseră cununaţi religios, având în vedere că soţul nu era botezat. Cu toate acestea, tatăl noului-născut i se deschidea lui Hristos prin intermediul fiinţei celei mai de preţ pentru el: copilul lui. Aici, tatăl ar fi avut ocazia să perceapă harul care înconjoară botezul şi să primească o pregustare a acestuia. Şi totuşi, el şi soţia lui văd cum li se închide uşa în faţă, de către cel care ar fi trebuit să le deschidă: „Aici n-avem loc pentru oameni ca dumneavoastră. Plecaţi.” Pentru că, probabil, în gândirea acestui cleric, dacă unul din părinţi era în pericol de moarte spirituală cauzată de faptul că nu era botezat, nici copilul nu avea dreptul la Viaţă. 

     

    Dar întrebarea tocmai aceasta este: acest copil nu avea şi el dreptul la Viaţă?

     

    Cum se poate aşa ceva? Comitem cumva aici vreun abuz de limbaj, e prea mult spus?

     

    Pentru noi, moartea nu înseamnă lipsirea de viaţă pământească, căci mulţi au murit şi au intrat în Viaţa veşnică pentru că erau botezaţi şi au dus o viaţă sfântă. Pentru noi, la fel ca şi pentru Sfinţii Părinţi, Viaţa adevărată nu este, deci, cea de aici, de pe pământ, ci Viaţa în Hristos, care îl face pe cel care o doreşte şi o primeşte să spună: „şi nu eu mai trăiesc, ci Hristos trăieşte în mine.”4. Viaţa adevărată înseamnă a-L primi în noi pe Hristos, care este Pacea şi Viaţa noastră. Moartea este lipsirea de Viaţă întru Hristos, la care acel hangiu rău l-a condamnat pe copilaşul acela.

     

    Botezul ne înveşmântează în Hristos, care este Viaţa. Este ceea ce atestă şi Biserica Ortodoxă la botez, atunci când cel botezat primeşte sau după ce a primit Sfânta Taină a Mirungerii (sau aşa-numita „Cincizecime personală”): cel care slujeşte îl duce de trei ori pe cel care se botează, în jurul cristelniţei, cântând cuvintele Apostolului Pavel: „câţi în Hristos v-aţi botezat, în Hristos v-aţi îmbrăcat. Aleluia.”5. A fi îmbrăcat în Hristos înseamnă să primeşti Viaţa întru Hristos.

     

    Raţionamentul acelui preot a fost, deci, acela de a-i interzice unui copil accesul la Viaţa în Hristos, sub pretextul că unul din părinţi refuză el însuşi această viaţă (pentru moment), părinte care – subliniem – dorea, în acelaşi timp, ca propriul copil să aibă acces la această viaţă. Pentru acest preot, atâta timp cât situaţia părinţilor nu se schimba, copilul respectiv era condamnat la moarte.

     

     Putem compara această situaţie cu cea a unor părinţi disperaţi care, pierduţi pe o mare agitată şi pe punctul de a se scufunda în valurile copleşitoare ale acestei lumi, şi-ar întinde braţele – în care-şi poartă unicul lor copil – către căpitanul unui vas, strigându-i: „Luaţi-l cu dumneavoastră, altfel, va muri!”, iar căpitanul le-ar răspunde: „Imposibil! N-aveţi bilet de urcare la bord.” Preotul respectiv i-a refuzat viaţa acelui copilaş, pe motiv că e „cananeean” – un samaritean din ziua de azi; cu alte cuvinte, fiul (sau fiica) unui heterodox, al unui păgân, al unui nebotezat.

     

    Găsim un astfel de exemplu - însă cu un deznodământ cu totul diferit - şi în Evanghelie, care ne arată răspunsul pe care i l-a dat Hristos femeii cananeence. La început, Domnul rămâne tăcut în faţa primei cereri a cananeencei: „Miluieşte-mă, Doamne, Fiul lui David! Fiica mea este rău chinuită de demon.”. Apoi, după ce aceasta stăruieşte, consimte să-i dea un răspuns care are la bază toată rigoarea tradiţiei iudaice: „Nu sunt trimis decât către oile cele pierdute ale casei lui Israel”. Atunci, cananeeanca îl imploră: „Doamne, ajută-mă.”. Hristos îi răspunde din nou: „Nu este bine să iei pâinea copiilor şi s-o arunci câinilor”. Fără îndoială, în acest punct s-a oprit preotul din acea catedrală pariziană; la aceste prime două răspunsuri. Şi atunci, această mamă rosteşte acest cuvânt, care a traversat secolele şi care este un exemplu desăvârşit de smerenie: „Da, Doamne, dar şi câinii mănâncă fărâmiturile care cad de la masa stăpânilor lor”. Si-atunci Hristos îi dă răspunsul următor, care se sprijină pe taina iconomiei Sale şi a tuturor vieţilor răscumpărate prin Crucea Sa - şi pe care în mod clar acel preot nu l-a înţeles: O, femeie, mare este credinţa ta; fie ţie după cum voieşti. Şi s-a tămăduit fiica ei în ceasul acela.6. Preotul de care povestim nu a înţeles nici faptul că dacă Hristos începe prin a părea că-i refuză acestei mame vrednice de toată lauda lucrul pentru care ea îl imploră, este pentru a o îndrepta spre smerenie, singurul scop fiind acela de a-i împlini cererea. Respingându-i pe acei părinţi şi pe copilul lor, în acea zi, preotul respectiv n-a fost o icoană a lui Hristos. Orice episcop sau preot trebuie să se străduiască să-L lase pe Hristos să-i străbată sufletul cât mai mult, căci, după cum spune Sfântul Ioan Botezătorul: „Acela trebuie să crească, iar eu să mă micşorez.”7

     

    Este clar că preotul (sau episcopul) acela nu citise niciodată acest cuvânt al Apostolului Pavel: „Căci bărbatul necredincios se sfinţeşte prin femeia credincioasă, şi femeia necredincioasă se sfinţeşte prin bărbatul credincios. Altminteri, copiii voştri ar fi necuraţi, dar acum ei sunt sfinţi.”.8 Ca şi în exemplul celor doi tineri de care vorbeam, pe vremea Apostolului Pavel căsătoriile dintre creştini şi necreştini fiind frecvente, deoarece creştinismul era foarte minoritar, se punea problema dacă aceste uniri dintre un soţ botezat şi unul nebotezat erau binecuvântate de Dumnezeu. Răspunsul Apostolului Pavel este o sfidare faţă de toate integrismele: „Soţul credincios sfinţeşte soţul necredincios”. Cu alte cuvinte, soţul care primeşte harul pentru că este în Biserică îl transmite soţului care nu este în Biserică. Astfel, prin participarea la una din Tainele Bisericii, celălalt primeşte, asemenea cananeencei, „fărâmiturile de la masă”. Însă şi restul acestui text este bogat în învăţăminte: „Altminteri, copiii voştri ar fi necuraţi, dar acum ei sunt sfinţi.”. Ceea ce înseamnă că aceşti copii care se năşteau din aceste uniri erau consideraţi ca fiind făgăduiţi Bisericii; altfel, Apostolul nu ar fi spus că sunt sfinţi. Iar faptul că aceşti copii rezultaţi în urma unirii dintre un creştin şi un necreştin sunt declaraţi sfinţi se datorează faptului că ei sunt făgăduiţi Botezului. Acest cuvânt al Apostolului constituie o promisiune a faptului că harul botezului le va fi dăruit copiilor care se vor naşte din aceste uniri: acest botez în care ceea ce era impur devine sfânt.

     

    Numeroase exemple din Sfânta Tradiţie ne arată faptul că graniţele Bisericii nu se limitează la nişte definiţii canonice stricte. Nu putem îngrădi între nişte limite strâmte ale rânduielilor Bisericii iubirea nemărginită a lui Hristos. Iconomia este tocmai acest principiu, întemeiat pe cuvântul lui Hristos, care spune: „Sâmbătaa fost făcută pentru om, iar nu omul pentru sâmbătă. Cine va fi între voi omul care va avea o oaie şi, de va cădea ea sâmbăta în groapă, nu o va apuca şi o va scoate? Cu cât se deosebeşte omul de oaie!9. Referitor la semnificaţia principiului iconomiei din Biserica Ortodoxă, în lucrarea intitulată „Secondes Noces10, scriam: „Biserica Răsăritului se sprijină pe aceste pilde atunci când consideră că dacă fidelitatea faţă de litera legii ajunge până la îndepărtarea faţă de milă, sentiment care inspiră şi de care sunt pline toate legile dumnezeieşti, trebuie să se urmeze mai degrabă mila, nu litera. „Nu cei sănătoşi au nevoie de doctor, ci cei bolnavi. Dar mergând, învăţaţi ce înseamnă: Milă voiesc, iar nu jertfă; că n-am venit să chem pe drepţi, ci pe păcătoşi la pocăinţă.11

     

    Să admitem că preotul din catedrala respectivă a considerat că această familie era foarte păcătoasă şi că încalcă atât de multe legi ale Bisericii, încât nu mai poate fi primită în ea. Cu toate acestea, ar fi trebuit să-şi aducă aminte de faptul că Hristos a spus clar:Nu cei sănătoşi au nevoie de doctor, ci cei bolnavi. N-am venit să chem pe cei drepţi, ci pe păcătoşi, la pocăinţă”. Ţinea de sarcina lui de preot să le ofere singurul remediu pe care-l cunosc: „Milă voiesc, iar nu jertfă”.  

     

    „Biserică” înseamnă „adunare”, „ecclesia”. Şi nu e vorba de orice fel de adunare, ci de Adunarea harică a tuturor celor pe care Hristos îi cheamă la mântuire. Se crede, în mod greşit, că Biserica înseamnă doar cei care sunt botezaţi. Pe când era doar un simplu catehumen, Sfântul Martin de Tours i-a oferit jumătate din haină lui Hristos, la porţile oraşului Amiens. El nu fusese botezat, ci doar făgăduit botezului; şi în această calitate, era deja un membru al Bisericii, deşi părinţii lui nu erau creştini. Dacă un adult care are un singur părinte ortodox – sau nici unul nu este ortodox, ca în cazul Sfântului Martin de Tours – doreşte să fie botezat, Biserica nu îi refuză botezul, în vreme ce în nefericitul exemplu citat, într-o catedrală ortodoxă din Paris i se refuză botezul unui nou-născut sau unui copil care are un părinte nebotezat. Asta înseamnă că un principiu creştinesc just – cum este cazul adultului cu un părinte sau ambii nebotezaţi – trebuie aplicat tuturor, atât copiilor, şi adulţilor. Vârsta persoanei nu determină principiul sau regula care trebuie urmată. Preotul de care vorbeam îi refuză copilului botezul, pe motiv că părinţii lui (sau unul din ei) nu sunt botezaţi, deşi copilul ar fi avut un naş şi o naşă ortodocşi, care ar fi răspuns pentru el, exprimând în numele lui consimţământul de a fi botezat. Afirm aici că acest copil nu se găsea într-o ipostază diferită de cea a tânărului care era Sfântul Martin, care s-a prezentat singur spre a fi botezat şi – subliniez – ai cărui părinţi erau păgâni. Potrivit cuvintelor Apostolului Pavel pe care tocmai le-am pomenit, toţi copiii care se nasc în familii unde doar unul din membri este creştin sunt făgăduiţi botezului. Biserica i-a acordat Împăratului Constantin titlul de „întocmai cu Apostolii”, dat şi Sfintei Maria Magdalena şi Sfinţilor Chiril şi Metodiu; însă, în vreme ce ultimii trei au fost botezaţi înainte să realizeze faptele care i-au îndreptăţit la acest titlu, Împăratul Constantin n-a fost în Biserică de-a lungul anilor în care el şi-a botezat imperiul în credinţa ortodoxă, dat fiind că a fost doar un catehumen şi botezat abia pe patul de moarte. Si-atunci, am putea spune că nu fusese în Biserică în toţi acei ani? Cu siguranţă, nu, pentru că atunci n-ar mai fi fost proclamat „întocmai cu Apostolii”; iar dacă, nebotezat fiind, însă făgăduit botezului, Sfântul Constantin este „întocmai cu Apostolii”, motivul este că deşi nu era încă botezat, fusese promis botezului. Graniţele Bisericii nu sunt trasate net, căci Biserica este „sacrament” şi toate sacramentele sunt taine.

     

    Să adăugăm că în preştiinţa sa divină, Hristos cheamă la botez oameni de pretutindeni, copii sau adulţi. Această dulce chemare se află deja în ipostas* în gândirea creatoare a lui Dumnezeu, care cunoaşte orice lucru dinainte ca el să existe; dinainte de însăşi concepţia lui. Vedem exemplul acestui lucru în relatarea referitoare la botezul sutaşului Corneliu şi al întregii sale familii, asupra căreia Apostolul Petru - reticent în botezarea celor care nu erau iudei - vede coborând Sfântul Duh, în Cezareea12, deşi nici Corneliu, nici familia lui nu fuseseră botezaţi. Şi văzând acest lucru, Petru îi botează pe toţi. Şi-atunci, Corneliu nu se găsea deja în graniţele „piaţetei din faţa Bisericii”, nevăzute ochilor oamenilor? La fel cum există mai multe ceruri, nouă ierarhii îngereşti, trepte de sfinţenie, există şi grade de apartenenţă la Biserică: cel al chemării, apoi al catehumenului, al celui botezat, al mucenicilor, al sfinţilor şi alte trepte încă şi mai tainice şi, ca şi în cazul familiei sutaşului Corneliu, noi, episcopii şi preoţii suntem chemaţi să spunem, alături de Apostolul Petru: „Poate, oare, cineva să oprească apa, ca să nu fie botezaţi aceştia care au primit Duhul Sfânt ca şi noi?13. În afara celor care simt sfânta dorinţă de a-şi boteza copilul, nu duhul acestei lumi - care e satana - i-a condus pe aceşti doi tineri la poarta acelei catedrale ortodoxe, la poarta Bisericii lui Hristos, ci Sfântul Duh. Dacă au fost cercetaţi de Sfântul Duh, cum au fost familia şi prietenii sutaşului Corneliu, cum să le refuzi botezul?

     

    Acel preot – sau episcop – ar fi trebuit să asculte această mustrare a lui Hristos, adresată apostolilor pe când aceştia îi îndepărtau, cu de la ei putere, pe copiii mici care încercau să se apropie de El: „Lăsaţi copiii şi nu-i opriţi să vină la Mine, că a unora ca aceştia este împărăţia cerurilor.14. Dacă Hristos le promite acestor copii Împărăţia Cerurilor - care este Sfântul Duh, în interpretarea Sfinţilor Părinţi15 - din care nici unul nu avea părinţi botezaţi, cum putem noi, pe motiv că unul din părinţi e nebotezat, să îndepărtăm de la Hristos un copilaş? Adaug că în Biserica Ortodoxă, tocmai în temeiul acestei porunci nu refuzăm, ca în creştinismul apusean, comuniunea cu Hristosul Euharistic, nici unui copilaş. Din clipa botezului, aceşti copii primesc Viaţa deplină, pe care o reprezintă venirea Hristosului Euharistic în ei - a Hristosului care este Viaţa lor şi a noastră.16

     

    Îmi asum ceea ce alţii vor numi naivitate, utopie, miraj, iluzie; însă pentru mine, dacă Biserica nu este expresia trăită a iubirii în Hristos, ea nu mai este Biserică. Iar dacă un preot sau un episcop nu mai acţionează în spiritul iubirii întru Hristos, nu mai este nici preot, nici episcop, ci devine lipsit de harul pe care ni-l transmite această Iubire necreată.

     

    Există un discernământ al dragostei. Acest tip de discernământ constă în a-ţi pune întrebarea, înaintea oricărei acţiuni – şi mai ales dacă suntem episcopi sau preoţi, având o sarcină de păstorire: „Această hotărâre pe care o iau acum are sau nu rădăcini în dragostea lui Hristos, care ne dă viaţa Lui, pe Cruce?”. A iubi înseamnă a te jertfi pentru celălalt. „Mai mare dragoste decât aceasta nimeni nu are: ca sufletul lui” [psyché] „să şi-l pună pentru prietenii săi.”17. Cred că dacă acest preot şi-ar fi pus această întrebare, ar fi fost de acord să-şi exercite misiunea sa de bun păstor al lui Iisus Hristos şi să boteze acest copil pentru care a venit, a murit de bunăvoie şi a înviat Hristos.

     

    După cum scrie în Imnurile sale Sfântul Simeon Noul Teolog: „Dragostea este esenţa (ousia) însăşi a lui Dumnezeu” şi aş adăuga că adevărata Biserică este locul haric din care izvorăşte, ca un râu de apă vie, dragostea lui Dumnezeu pentru toţi cei însetaţi.

     

     Misiunea noastră sfântă, a tuturor preoţilor şi episcopilor, nu este de a ne transforma numai în nişte paznici severi ai purităţii acestei ape mistice, interzicând accesul la ea, ci de a ne hrăni la infinit, cu discernământul pe care-l conferă dragostea, din acest izvor divin şi de a-i adăpa din el pe toţi oamenii şi întreaga Zidire.

     

    În concluzie, trebuie să revin la acest „străin”, „eretic”, „schismatic” şi „păgân”: bunul samaritean, care este icoana lui Hristos, şi care duce un om (anthropos) pe jumătate mort, la un han, unde îl încredinţează hangiului, spunându-i: „Ce vei mai cheltui, eu, când mă voi întoarce, îţi voi da.”.18Când mă voi întoarce” se referă la a Doua Venire a lui Hristos; la Judecata de Apoi. Iar „ce vei mai cheltui” semnifică depăşirea formalismului prin dimensiunea dragostei: în ziua despre care povesteam la începutul acestui articol, la poarta acelei catedrale, bunul samaritean – adică cel care deranjează pentru că nu se încadrează în criteriile noastre – dar care, fără să ştie şi pentru că practică dragostea faţă de aproape, este îmbrăcat în Chipul lui Hristos – era tocmai acel tată care îşi dusese copilul spre a fi botezat, pentru a primi vindecarea desăvârşită pe care o oferă botezul. Însă hangiul n-a fost la înălţimea aşteptărilor Domnului şi nu va putea da înapoi, la a Doua Venire a lui Hristos, ceea ce a refuzat să primească. 

     

     

     

    + Mitropolit Michel Laroche 

     

     

     

    [1]Luca XVIII, 16

     

    2 Bineînţeles, nu sunt prenumele lor reale.

     

    3Botezul este o a doua naştere.

     

    4Galateni II, 20

     

    5Galateni III, 27

     

    6Matei XV, 22-28

     

    7Ioan III, 22-30

     

    8I Cor. VII, 14

     

    9Matei XII, 11-12

     

    10 „Secondes Noces”. Préface de Michel Legrain. P. 75 Éd. Bayard Éditions/ Centurion. Paris 1996

     

    11Ibidem; Matei IX, 12-13 şi Osie, VI, 6

     

     

     

    *Dumnezeu, care este în afara timpului nostru căzut, vede toate lucrurile ca deja existente, înainte ca ele să apară. Lucrul respectiv poartă numele de „ipostas” (în greacă, „hypostasis” şi în latină, „persona”). Această dulce chemare este şi ea în afara timpului nostru decăzut. Încă de la conceperea lor, sufletele alese, precum cel al Apostolului Pavel şi ale tuturor celorlalţi apostoli, ucenici şi sfinţi sunt deja miruite prin alegere divină. La aceasta se referă Sfântul Apostol Pavel, când spune (în Epistola către Romani, VIII, 29:30):

     

    „29. Căci cei pe care i-a cunoscut mai înainte, mai înainte i-a şi hotărât să fie asemenea chipului Fiului Său, ca El să fie Întâi născut între mulţi fraţi.

     

    30. Iar pe care i-a hotărât mai înainte, pe aceştia i-a şi chemat; şi pe care i-a chemat, pe aceştia i-a şi îndreptat; iar pe care i-a îndreptat, pe aceştia i-a şi mărit.”  

     

    12 Fapte, X, 1- 48

     

    13Fapte X, 47

     

    14 Luca XVIII, 16.

     

    15 În interpretarea versetului din „Tatăl nostru”: „Vie Împărăţia Ta”, Sfântul Grigorie de Nisa, Sfântul Grigorie de Nazians, Sfântul Ciprian al Cartaginei, Sfântul Maxim Mărturisitorul ş.a. spun: „«Împărăţia Cerurilor» înseamnă Sfântul Duh”.

     

     

     

    16Argumentul Bisericilor apusene în a nu permite comuniunea copiilor foarte mici este, în mare, următorul: trebuie să fii capabil să înţelegi semnificaţia comuniunii, pentru a o putea primi. În ortodoxie, se pune accent tocmai pe apropierea de necunoscut (citiţi lucrarea „Calea tăcerii în tradiţia părinţilor pustiei”, editura Albin Michel, Paris, 2010); personal, cred că nici persoanele adulte nu sunt în măsură să „înţeleagă” taina Hristosului Euharistic prezent în pâinea şi vinul care sunt Sfântul Lui Trup şi Sânge. În schimb, copiii, fără să înţeleagă, în necunoaşterea supremă, sunt atraşi de Hristos, aşa cum erau atraşi atunci când El a venit pe pământ - tot fără să-L înţeleagă, însă percepând cu sufletele lor curate Prezenţa Lui Divină, în ciuda mulţimii, căci atunci, ca şi astăzi, Hristos făcea parte din ei.

     

    17Ioan XV, 13

     

    18Luca X, 30-37

     

     

  • « Laissez venir à moi les petits enfants » : un autre commandement oublié du Seigneur (1)

     

    Un article d’actualité pastorale

    Par le  Métropolite Michel Laroche



    Doit-on refuser le baptême à des enfants dont les parents n’observent pas toutes les règles de l’Église Orthodoxe ?
    Cette question s’est encore posée il y a quelques semaines lorsque Joseph et Marie (2)  ont voulu pénétrer dans la Bonne Auberge  pour y abriter la naissance de leur enfant, et que l’aubergiste leur  a,  comme il y a deux mille ans,  refusé à  eux et à leur enfant la protection  de la Bonne Auberge. La comparaison est juste car il s’agit bien, ici, du lieu charismatique de la Bonne Auberge Éternelle qu’est l’Église, et de la  grâce  qu’elle doit donner lors de  la Seconde Naissance que constitue le baptême.
    Je dois aux lecteurs chrétiens de cet article  les circonstances exactes de ce refus qui me scandalise dans ma vision de  l’Église qui, selon moi,  est remplie de l’amour infini du Christ.
    Dans une cathédrale orthodoxe de Paris, un couple portant leur premier enfant,  frappe à la porte de l’Auberge. C’est  une famille comme il en existe beaucoup à notre époque, l’épouse, croyante orthodoxe de naissance et paroissienne de cette église ; lui agnostique, non baptisé, mais ouvert au point de souhaiter avec sa femme, faire baptiser leur enfant. Comme pour Marie et Joseph et l’enfant à « naître » (3) ,  l’aubergiste, un prêtre ou un évêque, leur refuse l’entrée dans l’Église. 
    Pour quel motif ? Sans doute parce qu’ils ne sont pas mariés sacramentellement, puisque le conjoint n’est pas baptisé. Et pourtant le père de ce nouveau né s’ouvrait au Christ à travers son bien le plus précieux, son enfant.  Il y  avait là l’occasion pour ce papa  percevoir la grâce qui entoure un baptême et d’en recevoir des arrhes. Il se voit pourtant, avec son épouse orthodoxe,  fermer la porte de la Bonne Auberge par celui qui aurait du la leur ouvrir : «  Il n’y pas de place ici pour des gens tels que vous. Passez votre chemin. » Parce probablement selon la pensée de ce religieux si l’un de ses deux parents était en danger de mort spirituel du fait qu’il n’est pas baptisé,  l’enfant lui non plus, n’avait pas le droit à la Vie.
    Mais cet enfant n’avait-il pas, justement, le droit à la Vie ?
    Comment cela ? Est-ce un abus de langage de notre part ?
    La mort pour nous ce n’est pas la privation de la vie terrestre, car beaucoup sont morts et sont entrés dans la Vie éternelle car ils étaient baptisés et avaient menée une vie sainte. Pour nous, comme  pour les Pères de l’Église, la véritable Vie n’est  donc pas cette vie là terrestre, mais la Vie en Christ  qui fait dire à celui qui la désire et qui la reçoit « Ce n’est plus moi qui vis c’est le Christ qui vit en moi »(4) . La véritable vie c’est de recevoir en nous le Christ qui est notre Paix et notre Vie. La mort c’est la privation de la Vie en Christ auquel à condamner ce petit enfant le mauvais aubergiste.
    Le baptême, nous revêt du Christ qui est la Vie. C’est ce qu’atteste l’Église Orthodoxe lors du baptême au moment où après avoir reçu le sacrement de l’onction (la Pentecôte personnelle), le célébrant fait tourner trois fois autour du baptistère le nouveau baptisé en chantant les paroles de l’Apôtre Paul « Vous tous qui avez été baptisés en Christ vous avez revêtu le Christ alléluia »(5) . Être revêtu du Christ c’est recevoir la Vie en Christ.
    Le raisonnement de ce prêtre c’est donc d’interdire l’accès à la Vie en Christ à un enfant, au prétexte que l’un de ses parents refuse cette vie à lui-même (pour le moment) mais,  soulignons le, en souhaitant que son enfant accède à cette vie. Pour ce prêtre, tant que la situation des parents ne change pas, cet enfant est condamné à mort.
     Cette situation est comparable à celle de parents qui seraient en détresse dans une mer agitée, en train  de s’enfoncer dans les flots impétueux de ce monde et qui tendraient leurs bras en tenant leur unique enfant vers le capitaine du bateau en criant : « Prenez-le avec vous, sinon il va mourir ! » Et l’officier leur répond : «  Impossible !  Vous n’avez votre billet pour monter à bord. » Ce prêtre refuse la vie à cet enfant au prétexte qu’il est un Cananéen, un Samaritain moderne c’est-à-dire le fils (ou la fille) d’un hétérodoxe, un païen, d’un non baptisé.
    Nous trouvons un tel exemple, mais avec une conclusion bien différente,  dans l’Évangile  à travers la réponse du Christ à la Cananéenne. Le Seigneur commence à rester silencieux à la première demande  de la Cananéenne qui était : « Aie pitié de moi Fils de David, ma fille est possédée du démon ». Puis après son insistance, il consent à une réponse qui  se fonde sur toute la rigueur de la tradition Juive:« Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël ». Là, la Cananéenne lui adresse cette supplication : «  Seigneur Secours-moi ». Le Christ lui répond à nouveau : «  Ce n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. » C’est sans doute à ces deux premières réponses que s’est arrêté le prêtre de cette cathédrale parisienne. Alors cette mère prononce cette parole qui a traversé les siècles qui est  un exemples parfait de l’humilité: « Si, Seigneur ; car les petits chiens mangent les miettes du festin qui tombent de la table de leurs maîtres. » Alors le Christ lui donne cette réponse fondée sur le mystère de Son économie et de toute vie racheté sur sa Croix et que n’a manifestement pas entendu ce prêtre: «  Ô femme grande est ta foi. Qu’il te soit fait comme tu veux. Et sa fille fut guérie sur l’heure » (6).  Ce prêtre n’a également  pas compris que si le Christ commence par paraître refuser à cette mère admirable ce pourquoi elle Le supplie, c’est pour la conduire à l’humilité dans le seul but de l’exaucer. En éconduisant ces parents et  cet enfant, ce jour là ce prêtre n’a pas été une icône du  Christ. Tout évêque ou prêtre doit s’efforcer de devenir transparent au Christ et comme le dit saint Jean Baptiste : «  Il faut qu’il croisse (le Christ)  et que moi je diminue. » (7)
    Ce prêtre ( ou cet évêque) n’a manifestement jamais lu cette parole de l’Apôtre Paul : «  Car le mari infidèle est sanctifié par la femme fidèle, et la femme infidèle est sanctifiée par le mari fidèle ; autrement vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints.» (8)  Comme dans l’exemple de nos deux jeunes, il s’agissait déjà à l’époque de l’Apôtre Paul où les mariages entre chrétiens et non chrétiens étaient fréquent, car le Christianisme était ultra minoritaire, de savoir si ces unions entre un conjoint baptisé et un conjoint non baptisé étaient bénies par le Seigneur. La réponse de l’Apôtre Paul est un défi à tous les intégrismes : « Le conjoint fidèle sanctifie le conjoint infidèle ». Ce qui veut dire que le conjoint qui reçoit la grâce parce qu’il est dans l’Église la transmet à son conjoint qui n’est pas dans l’Église. Ainsi par la participation de l’une aux mystères de l’Église,  l’autre en reçoit comme la Cananéenne « les miettes du festins ». Mais la suite du texte est également riche en enseignement : « Autrement vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints.» Ce qui signifie que les enfants qui naissaient de ses unions étaient considérés comme promis à l’Église, autrement l’Apôtre ne dirait pas qu’ils sont saints. Si ces enfants fils d’un conjoint non chrétien ou non orthodoxe sont déclarés saints, c’est qu’ils sont promis au baptême. Cette parole de l’Apôtre est la  promesse que la grâce du baptême sera donnée aux enfants qui naitront de tels unions, ce baptême dans le quel ce qui était impur devient saint.
     De multiples exemples dans la Tradition nous montrent que les frontières de l’Église ne sont pas réduites à des définitions canoniques strictes.  On ne peut réduire dans les limites étroites des règles de l’Église l’amour illimité du Christ. L’économie et précisément ce principe fondé sur cette parole du Christ « Le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat ; Lequel d’entre vous si son unique brebis tombe dans un puis un jour de sabbat, ne va  s’en saisir et la relever. Combien vaut donc mieux l’homme qu’une brebis !» (9)  J’écrivais à propos de la signification du principe d’économie dans l’Église Orthodoxe dans mon ouvrage « Secondes Noces » (10)  : « L’Église d’Orient se fonde sur ces exemples pour estimer que si la fidélité à la lettre de la loi aboutit à s’écarter de la miséricorde, qui inspire et remplit toutes les lois divines, on doit suivre la miséricorde plutôt que la lettre. « Les gens bien portants n’ont pas besoin de médecin mais les malades. Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs. Allez donc apprendre ce qu’est : je désire la miséricorde et non le sacrifice. » (11)
    Admettons que notre prêtre de la cathédrale    ait considéré cette famille comme de grands pécheurs contrevenant à plusieurs lois de l’Église,  au point qu’il ne pouvait les recevoir dans l’Église, il aurait du se souvenir que le Christ a dit explicitement : « « Les gens bien portants n’ont pas besoin de médecin mais les malades. Je ne suis pas venu appelé les justes mais les pécheurs. » Et il était de son ministère de leur appliquer le remède le seul que je connaisse : « Je désire la miséricorde et non le sacrifice. »
    « Église » signifie «  assemblée », « ecclésia ». Ce n’est pas n’importe quelle assemblée mais l’Assemblée charismatique de tous ceux que le Christ appelle au salut. On croit, à tord, que l’Église est réduite aux seuls baptisés. Saint Martin de Tour encore seulement catéchumène donne la moitié de son manteau au Christ  devant les portes d’Amiens. Il n’était pas baptisé mais promis au baptême et en cela il était déjà un membre de l’Église, bien que ses parents ne soient pas chrétiens. Et ici l’âge ne crée pas le principe. Cela signifie que si un adulte se présente au baptême avec un seul de ses parents Orthodoxe, ou aucun, comme dans l’exemple de saint Martin, l’Eglise ne lui refusera pas le baptême, alors que dans le malheureux exemple cité  dans un Cathédrale Orthodoxe de Paris, on refuse le baptême à un nouveau né ou un enfant dont l’in des parents n’est pas baptisé.  Cela  signifie que si  un principe chrétien est juste comme celui de baptiser des adultes dont les parents ne sont pas orthodoxes ou l’un des deux  seul est orthodoxe,   il  doit s’appliquer à tous, enfant comme adulte,  mais que l’âge d’une personne ne crée pas le principe ou la loi.

     

    Nous ajoutons que dans Sa préscience divine le Christ appelle au baptême des personnes, enfants  ou adultes, partout dans le monde. Cette onction de l’appel est déjà sur l’hypostase dans la pensée créatrice de Dieu qui connaît toute chose avant même qu’elle ne soit, avant même sa conception(12). Nous en voyons l’exemple dans  les Actes des Apôtres avec le baptême du  Centurion Corneille et de toute sa famille,  sur qui l’Apôtre Pierre réticent à baptiser des non juifs voit descendre l’Esprit Saint à Césarée(13)  , alors que celui-ci et sa famille n’étaient pas baptisés.  Et Pierre constatant cette grâce,  les baptise tous. Corneille n’était-il pas déjà dans les limites des parvis de l’Église, invisibles aux yeux des hommes?  De la même manière qu’il y a plusieurs Ciels, neuf hiérarchies angéliques, des degrés dans la sainteté, il y a des degrés dans l’appartenance à l’Église  dont celui de l’appel puis du rang de catéchumène,  de baptisé, de martyrs, puis de saints et d’autres plus mystérieux encore,  et comme pour la famille du Centurion Corneille, nous sommes, nous les évêques et les prêtres appelés à dire avec l’Apôtre Pierre : «  Qui peut refuser le baptême à ceux qui comme nous ont reçu l’Esprit Saint. ? » (14)  Hors ceux qui ont le saint désir de faire baptiser leur enfant, ce n’est pas l’esprit de ce monde qui est Satan qui les a conduit à la porte de cette cathédrale Orthodoxe, à la porte de l’Église du Christ, mais l’Esprit Saint. S’ils ont été visités comme la famille et les amis du centurion Corneille par l’Esprit Saint, comment leur refuser le baptême ? 

    Ce prêtre - cet évêque -  aurait du entendre pour lui cette semonce du Christ adressée aux apôtres lorsque ceux-ci s’autorisaient à éloigner du Seigneur les petits enfants qui tentaient de s’approcher de Lui : « Laisser-les venir à moi, ne les empêcher pas car le Royaume de Dieu est à leur pareil » (15). Si le Christ promet à ces enfants le Royaume des Cieux qui est l’Esprit Saint dans l’interprétation des Pères de l’Église (16) , dont aucun n’avaient des parents baptisés, comment pouvons nous, au prétexte qu’un des deux parents ne serait pas baptisé, écarter du Christ un petit enfant? J’ajoute que dans l’Église Orthodoxe,  c’est précisément en accord avec ce commandement que  nous ne refusons pas, comme dans le christianisme occidental, la communion au Christ Eucharistique aux tout petits enfants. Dès leur baptême ils reçoivent la Vie absolue que constitue la venue du Christ Eucharistique en eux, qui est leur Vie et notre Vie. (17)
     Je revendique ce que certains appelleront naïveté, utopie, mirage, illusion ; mais pour moi si l’Église n’est pas l’expression vivante de l’amour du Christ elle n’est plus l’Église. Et si un prêtre un évêque n’agit plus dans l’amour du Christ, il n’est plus ni prêtre ni évêque, devenu absent de la grâce qui nous communique cet amour incréé.
    Il existe le discernement de l’amour. Ce discernement de l’amour consiste avant chaque action de se poser la question, surtout si l’on est évêque ou prêtre avec une charge pastorale : «  Est-ce que cette décision que je prends  a ses racines dans l’amour du Christ qui nous donne sa vie sur la Croix ? » Aimer c’est se crucifier pour l’autre «  Il n’y a pas de plus grand amour que de donner son âme (psyché) pour ceux que l’on aime. » (18) Je pense que si ce prêtre s’était posé cette question, il aurait accepté d’exercer sa mission de bon prêtre de Jésus Christ et de baptiser cette enfant pour le quel le Christ est venu,  est mort volontairement sur la Croix et Il est Ressuscité.
    Comme l’écrit dans ses Hymnes saint Syméon le Nouveau Théologien : « L’amour est l’essence (ousia)  même de Dieu. » et j’ajouterai que la véritable Église est le lieu charismatique dans lequel jaillit comme un fleuve d’eau vive l’amour de Dieu pour en désaltéré tous ceux qui ont soif.
     Notre mission la plus sacrée, à nous les évêques et les prêtres, est non pas de nous transformer uniquement en gardien sévère de la pureté de cette eau mystique en en interdisant l’accès, mais de puiser  indéfiniment, avec le discernement que confère l’amour, à cette source divine et d’en abreuver l’ensemble des hommes et de la création.
    En conclusion il nous faut revenir à cet étranger, cet hérétique ce schismatique, ce païen : le Bon samaritain qui est l’Icône du Christ  qui conduit un homme ( antropos)  à demis mort à la Bonne Auberge et le confit à au Bon Aubergiste en lui disant : « Tout ce que tu dépensera en plus je te le rembourserai à mon retour. » (19)  « A mon retour » c’est-à-dire lors du Second Avènement, au Jugement dernier. Et "dépenser en plus"

    Le Bon Samaritain.jpg

    c'est dépasser le formalisme par la dimension de l'amour: Ce jour là, à la porte de cette cathédrale, le Bon samaritain, c’est-à-dire celui qui dérange car il ne rentre pas dans nos critères, mais qui à son insu, parce qu’il pratique l’amour du prochain,  est revêtu du Visage du Christ, c’était précisément ce père qui conduisait son enfant  pour qu’il reçoive la guérison complète que confère le baptême.  Mais l’Aubergiste n’a pas été à la hauteur de l’attente du Seigneur et ne pourra rendre ce qu’il a refusé de recevoir, lors de la Seconde Venue du Christ.

    + Métropolite Michel Laroche 


      Lc XVIII, 16.
    2 Ce ne sont pas évidemment leurs véritables prénoms.
    3 Le baptême est une seconde naissance.
    4 Gal II, 20
    5 Gal III, 27
    6 Mt XV, 22-28
    7 Jn III, 22-30
    8 I Co VII, 14
    9 Mt XII, 11-12
    10 « Secondes Noces. Préface de Michel Legrain. P. 75 Éd. Bayard Éditions/ Centurion. Paris 1996
    11 Ibidem et Mt IX,12-13 et Os, VI,6

    12 Lorsque  Dieu qui est en dehors de notre temps déchu et qui voit toute chose comme existant déjà avant qu’elle n’apparaisse,  appelle une hypostase ( en grec “Hypostasis” en latin “persona” )  l’onction de cet appel est elle aussi en dehors de notre temps déchu. Dès sa conception l’âme élue, comme celle de l’apôtre Paul et de tous les autres apôtres disciples, saints,  est déjà ointe par son élection divine. C’est ce qu’écrit l’Apôtre Paul (Rom, V 29-30): 29. Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin qu'il soit le premier-né d'un grand nombre de frères.30. Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifies; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.”

    13Actes, X, 1- 48

    14 Actes X, 47
    15 Lc XVIII, 16.
    16 Dans l’interprétation du versé du « Notre Père » : « Que Ton Règne arrive »,  Saint Grégoire de Nysse, saint Grégoire de Naziance, saint Cyprien de Carthage, saint Maxime le Confesseur etc. donnent l’interprétation suivante : « Règne ou Royaume des Cieux » signifie l’Esprit Saint.

    17 L’argument  des Églises occidentales pour ne pas donner la communion aux tout petits enfants est globalement celui-ci : il faut être capable de comprendre le sens de la communion pour la recevoir. En Orthodoxie c’est l’approche de l’inconnaissance (lire notre ouvrage « La voie du silence dans la tradition des Pères du désert».  Éd. Albin Michel. Paris 2010) qui est privilégiée et nous ne pensons pas, que même des adultes sont en mesure de « Comprendre » le mystère du Christ Eucharistique présent dans le pain et le vin qui sont Son Corps et Son Sang. En revanche les enfants sans comprendre, dans l’inconnaissance suprême,  sont attirés par le Christ, comme ils étaient attirés lors de sa venue sur terre,  toujours sans comprendre,  par la Divine Présence du Christ, malgré la foule, avec leurs âmes pures et qu’alors, comme aujourd’hui, le Christ se comprenait  en eux.
    18 Jn XV, 13
    19 Lc X, 30-37

  • Pardon et combat spirituel dans le sacrement du mariage

    fetes-40.jpg

    Un article d’actualité pastorale

    Pardon et combat spirituel dans le sacrement du mariage (1)

    Par le  Métropolite Michel Laroche


    Dans notre vie de prêtre de paroisse depuis l’année 1969 nous avons eu à connaître des couples mariés traversant de graves crises de confiances, soit dues à l’adultère de l’un des conjoints ou à des situations très diverses dans lesquelles la confiance dans l’autre était ébréchée, parfois anéantie. Les causes de cette perte de la confiance sont toujours les mêmes : la dissimulation et le mensonge liés à l’adultère ou à d’autres circonstances que ce soit des secrets de familles,  des secrets dans la vie professionnels de l’un  des conjoints, des secrets liées à leurs vies avant le mariage. Nous utilisons le mot secret pour définir ce qui n’est pas connu par l’autre que ce soit légitime ou illégitime.
     Dans toutes ces situations qui bien qu’à chaque fois étaient uniques,   se retrouvaient toujours un dénominateur commun : comment accorder à nouveau sa confiance à une personne qui selon le point de vue de l’autre membres du couple, l’avait trahie ?
    Nous nous sommes très souvent retrouvés dans la position de nous voir reprocher « notre trop grande miséricorde » envers le pécheur repentant, en devenant son avocat face à l’autre, tourmenté, blessé, traumatisé par la « faute impardonnable » de son conjoint. L’homme ou la femme adultère, pour ne prendre que cet exemple, regrettant sincèrement sa faute, et désirant reprendre sa vie commune dans de nouvelles dispositions se retrouve souvent face à une personne blessée ne parvenant pas à oublier, à pardonner, à refaire confiance. Celle-ci se sentait alors doublement blesser par notre instance à lui demander de pardonner, de refaire confiance, en lui parlant du pardon illimité du Christ.   
    Des commandements du Seigneur comme « aimer nos ennemis »(2), « Priez pour ceux qui vous maltraitent et vous persécutent »(3)   « Remets nous dettes comme nous remettons à nos débiteurs »(4)  «  Ne jugez pas » (5) sont d’une actualité permanente dans la vie conjugale. Le premier prochain  que l’on se doit d’aimer comme soi-même est le conjoint. Le premier prochain envers lequel nous devons apprendre à exercer le pardon illimité du Christ est le conjoint.
    Nous l’avons douloureusement  constaté dans notre vie pastorale, combien il est parfois difficile voir impossible à des couples, unis pourtant dans le sacrement de l’amour, d’exercer le pardon illimité du Christ, qui ne se mesure plus pour eux alors en fonction de la grâce reçue qui est oubliée, mais  dans la comptabilité étroite des soupçons, de la défiance,  de la méfiance, des ressentiments, des « règlements de comptes » qui sont les étouffoirs de la grâce reçue  de ce sacrement. Cette grâce sacramentelle et charismatique toujours présente dans le couple pour que chacun de ses membres y puisent dans la source illimité de l‘amour divin les ressources d’un pardon illimité  sans cela inatteignable. L’erreur la plus courante que nous avons observés, c’est dans son effort à pardonner, lorsque ce désir existe, de rechercher le pardon  dans le tréfonds des ses possibilités humaines et non pas à la source même de tout pardon dans le Christ Crucifié. Le pardon est charismatique et agit en synergie avec notre libre volonté humaine de chercher à pardonner.
    Le pardon divin est extrêmement différent du pardon humain.  Combien de fois avons nous eu ce dialogue  sous l’épitrachilion (l’étole) avec celui qui n’arrivait pas à pardonner : « Crois-tu que le Christ te porte sur Sa Croix  dans son pardon au sein de Sa chair blessée, transpercée, couronnée d’épines souffleté ?
    Oui je le crois mon Père.
    Crois-tu que le Christ porte sur Sa Croix  tous les hommes dans son pardon au sein de Sa chair blessée, transpercée, couronnée d’épines souffleté ?
    Oui je le crois mon Père.
    Crois-tu que le Christ porte sur Sa croix Ton conjoint  dans son pardon au sein de Sa chair blessée, transpercée, couronnée d’épines souffleté et qu’il te demande à ton tour de pardonner à celui auquel il a déjà pardonné ?
    Ha ! ça non mon Père ! Ce qu’ il m’a fait est impardonnable. »
    Le véritable pardon charismatique et divin n’argumente jamais, il se porte avec la Croix du Christ, il se situe toujours en dessous de l’autre dans l’humilité comme le Christ « semblable à un agneau muet devant celui qui le tond ». (6) Alors que le pardon humain se monnaye toujours, pardonne du haut du piédestal  de sa situation de victime, souvent en écrasant l’autre dans un sentiment de culpabilité,  en exigent une compensation,  un sacrifice expiatoire ; toutes formes judaïsantes totalement étrangères aux vertus du Christ.
     Ô bien sûr, nous objectera-t-on, il y avait de « Bonnes raisons » pour ne plus lui faire confiance et exiger de lui ( ou d’elle ) des preuves, encore et toujours des preuves, de sa nouvelle loyauté,  c’est-à-dire au fond de son cœur la preuve qu’il ( ou elle ) n’a pas changé et ne changera jamais; voir les rechercher soi-même en fouillant dans le cas ou il ( ou elle)  tenterait de nous les dissimuler, comme un juge d’instruction qui enquête à charges, dans les vieux papiers  d’un grenier obscurs, dans les tiroirs poussiéreux de sa vie passées, dans les secrets inavoués d’avant la vie commune. Ils reproduisent cette parole : « Moïse dans la Loi nous a ordonné de lapider de telles femmes, Toi que dis-tu ? » (7)
    L’horrible faute originelle  étant découverte le (ou la)  coupable démasqué dans ses mensonges, dissimulations, coupables omissions, il sera impossible de lui refaire confiance, alors que la sincérité de son repentir, son désir ardent de continuer, malgré sa faute, dans la vie commune. Cette attitude enferme ou tente d’enfermer l’autre dans un sentiment d’éternelle culpabilité.

    C’est dans l’hymne à l’amour  (en grec : agapé) que l’apôtre Paul nous guide pourtant dans l’application de ce charisme : « L’amour, se fie à tout,  supporte tout, espère tout résiste à tout »  (8). Si ces paroles divines ne s’appliquaient que dans conditions  aisées ne nous posant aucun problèmes, sans exigences particulières,  où se situerait la synergie qui est demandée à chaque chrétien dans l’agir humain en puisant par la prière dans l’énergie divine de la grâce incréée du sacrement de l’amour ?
    Le véritable problème se situe non pas dans la faute elle-même, toujours traumatisante, mais parce que la plus part du temps les solutions envisagées pour résoudre la crise qui en découle  s’éloignent des commandements d’amour et de pardon du Christ. Nous ne sommes chrétien que lorsqu’il n’y a pas de problème menaçant l’intégrité du mariage ; mais dès que cette intégrité est menacée, nous invoquons  les lois du monde, même, si à l’évidence, elles contredisent les lois divines de pardon du Christ.
    C’est bien évidemment dans des circonstances difficiles que se mesure la qualité du  métal de l’amour qui nous a été confié dans le sacrement pour être amélioré, fructifié, comme les talents de la parabole. (9)
    A contrario, dans le soupçon de l’autre il  y a l’abandon de la grâce, du charisme du sacrement de l’amour : on ne se fie plus à l’autre, on ne supporte plus l’autre dans tel ou tel circonstance que nous justifions,  on n’espère plus dans une transformation possible de l’autre et on ne résiste  plus au poids de sa culpabilité dont à chaque instant on soupçonne d’autres preuves. C’est dans de tels comportements que la grâce est oubliée et enterrée.
    Aucun couple ne peut résister au soupçon. L’un des deux conjoints est-il tombé dans l’adultère. Nous prenons l’exemple dans la vie du Starets Silouane qui  conseille alors qu’il est un soldat de l’armée russe, à l’un de ses camarades de pardonner à sa jeune épouse « coupable » d’adultère ayant un enfant d’un autre.  Le  jeune époux s’en retournant dans son village  va prendre dans ses bras  l’enfant en en faisant  le sien et conduire sa jeune épouse dans leur maison commune.  Pourtant les preuves du forfait étaient là présentes aux yeux de tous.  Tout le monde dans son village aurait justifié, applaudit,  qu’il repousse sa femme et demande le divorce.  Et s’il avait décidé sans véritable pardon de conserver à ses côté cette épouse infidèle, quelle aurait été leur existence à tous deux dans un climat de soupçon permanant.
    Les circonstances qui entourent une faute de notre conjoint, péché confessé assumé et regretté,  ne doivent produire de notre part qu’une seule réponse : L’amour supporte  l’erreur de notre conjoint, se fie à notre conjoint,  espère en lui dans sa transformation,  et résiste aux tentations de jugements d’enfermements. Sans ces vertus du Christ qui sont présentes charismatiquement dans la grâce incréée  du sacrement du mariage, nous prenons le risque  de transformer sa responsabilité reconnue, en culpabilité éternelle. Alors nous œuvrons dans une autre synergie malsaine avec l’Accusateur qui nous dénonce après notre mort devant le Juge suprême : Satan lui-même qui a ce rôle. La culpabilité vient toujours de démon. Responsabilité n’est pas culpabilité. Il (ou elle) est  responsable de cette erreur, mais celle-ci n’est pas le fond de son Hypostase qui elle brille de la lumière divine.
    Nous avons observé que dans les circonstances que nous évoquons les conjoints ou le conjoint « trompé, trahis,  etc. » donne un pois très grand à la faute et  oublie, presque toujours, le pois bien plus lourd, sans mesure, de la grâce du sacrement. Il mesure l’autre à l’aune de sa faute et non à l’aune de la grâce du sacrement de l’amour dans lequel il pourrait - devrait - puiser en l’exerçant  le pardon divin.

    Le prêtre qui célèbre un mariage devrait d’avantage insisté dans son homélie sur l’importance de la grâce qui est accordé dans le grand sacrement du mariage. C’est l’amour incréé et divin qui est déposé  au sein du Couple comme source de son unité dont l’union de la chair est couronnée par celle de la grâce. Devenir « une seule chair » dans le sacrement du mariage n’est pas de même nature que d’être une seule chair en dehors de celui-ci. L’apôtre Paul souligne que celui qui s’unit à une prostituée fait une seul chair avec elle : il est bien évident que cette union en-dehors de la grâce n’est pas de la même nature que celle dans la grâce du saint mariage bénit et uni  par Dieu. (10) L’unité qui préside dans la grâce du mariage est celle qui unit le Christ à Son Église ; elle  est celle qui unit le Verbe à l’humanité dans le mystère de l’Incarnation. C’est l’unité ontologique de notre salut.  Brisée cette unité est un péché. Bien que l’Église Orthodoxe par « économia » permette, dans certaines circonstances, le divorce et un  second mariage (11) elle ne minimise pas le péché que constitue cette rupture qui est un éloignement de la très  précieuse grâce reçue pour conférer cette unité charismatique au couple et le temps des épreuves venues, y puiser sans limite en vu de maintenir l’unité du couple.
    Ce n’est pas moins que le sacrifice permanant toujours actuel de la Croix  qui est la source de tout pardon de toute remise de dettes. Si le conjoint trahi évoque son impossibilité d’oublier et rentre à son insu dans un processus d’autodestruction du couple sous l’inspiration de l’Adversaire qui haie le pardon,  en disant : « Je lui pardonne mais je ne peux oublier »   et en continuant de soupçonner le « Pardonné » d’être capable de recommencer, alors qu’il ne se leurre pas sur lui-même : Le véritable pardon n’existe qu’avec l’oublie de la faute. Si le Christ nous regardait après la confession de notre faute comme si nous étions condamnés à recommencer, alors il n’y aurait de salut pour personne. Le véritable pardon sollicite le regard du Christ qui voyait dans Saul le persécuteur, au moment même où il commettait ses forfaits, l’Apôtres des nations l’un des plus grands saint de l’Église : hier et aujourd’hui assassin ; demain un saint ! Discernons dans celui qui nous a blessé le saint et nous l’aiderons dans notre regard à devenir  le saint que le Christ avait prévu dans sa prescience divine. Nous savons combien ces paroles choqueront tous ceux et celles qui ont été blessé par de réelles fautes, parfois au-delà du supportable. Mais nous parlons ici de conjoints qui regrettent  sincèrement leurs erreurs et cherchent à se corriger et non pas de ceux qui s’entêtent dans des comportements délétères.

    Puisez dans la grâce du sacrement du mariage la force qui vous manque humainement. Ne pensons pas trouver pour résoudre une crise que le couple traverse toutes les solutions dans les psychothérapies, les analyses, les anti dépresseurs et les avocats. Certes parfois  des aides extérieures sont nécessaires, mais la prière également a sa fonction  primordiale et l’appel à la grâce du sacrement reçu vient affermir l’idée même que l’on a pas célébré simplement une jolie fête, mais qu’au fond cette célébration du  mariage serait derrière nous. L’appel à la grâce par la prière fait reprendre conscience au couple qu’il  détenteur d’un trésor et qu’il suffit parfois d’y puiser pour recouvrer ce regard qu’ils portaient  l’un vers l’autre…il y a bien longtemps.
    La grâce du mariage, avec celle du baptême, se cultive et se fait fructifier chaque jour et même à chaque instant comme les talents de la parabole et c’est précisément dans les moments de crises que la foi s’affermit en s’affirmant. Ne pas avoir conscience de la grâce est exactement comme un soldat qui reçoit sa formation militaire extrêmement poussé en temps de paix, mais qui prendrait la fuite en jetant ses armes  dès le premier combat de la première bataille. Il aurait pu combattre et ne l’a pas fait.
    Cette grâce est particulièrement donné au couple, dans l’Église Orthodoxe, lors des paroles du célébrant qui couronne chacun des deux époux en leur disant : « Le serviteur de Dieu Y est couronné à la Servante de Dieu X au Nom du Père du Fils et du saint Esprit. » et «  La servante de Dieu X est couronné au Serviteur de Dieu Y au Nom du Père du Fils et du saint Esprit. ». Nous faisons observé qu’à cet instant dans la grâce chacun devient la couronne de martyr de l’autre car désormais pour le meilleur comme pour le pire ils sont unis par les liens de la grâce et portent les qualité comme les imperfection de l’autre.
    Nous ne saurions jamais assez insisté sur cette notion de combat spirituel dans la voie étroite et resserrée du mariage dans laquelle chacun est appelé à aider l’autre à se purifier, car personne n’est parfait et que personne n’est statique et que  tous sont appelés par le Seigneur à une transfiguration de son hypostase, de passer de la mort à ce monde et ses illusion à la Résurrection intérieur dans la vie en Christ.
    C’est la notion même du sacrement du mariage,  sa réalité charismatique et son but qui sont remis en cause parce que l’enseignement qui est donné dans l’Église est souvent défaillant et n’est rappelé dans sa plénitude que lorsqu’il est parfois trop tard. La préparation au mariage devrait insister sur  le pardon qui fait partie intégrante du sacrement de l’amour, car il n’y a pas de véritable amour sans pardon. Souvent les jeunes couples « amoureux » n’envisagent qu’un aspect de leur amour, celui de l’élection, le choix de l’autre transfiguré dans  la perception qu’ils ont l’un de l’autre. Ce regard  de l’autre est charismatique, prophétique et le danger c’est souvent qu’il discerne, sans le savoir, l’autre tel qu’il a la possibilité de devenir, mais qu’il n’est pas encore. De là, des déceptions, des malentendus, lorsque quelques années après, cet autre nous apparaît dans certains des aspects de sa personnalité  différend de ce que nous avions crû percevoir,  parfois même, comme un inconnu. Nous avons abordé cet aspect des choses dans notre ouvrage « Une seule chair ». Mais le second malentendu dans le couple c’est son but même.  Ce but ne se résume pas à une entente plus en plus profonde du couple.  En réalité davantage chacun des membres du couple, en synergie de vie spirituelle l’un avec l’autre, se rapprochera du Christ, davantage leurs union sera renforcée dans la grâce de Celui qui est Un avec le Père et le Saint Esprit et source en nous dans la venue dans l’Esprit Saint de toute union.  Dans l’Église Orthodoxe le but du mariage saint et béni par Dieu, c’est l’union supérieur avec le Christ, qui a son commencement dans l’union du couple. Le Christ est à la fois la cause  de l’unité  du Couple et son but suprême. Le but du sacrement du mariage n’est en cela aucunement différent de celui de la vie monastique : « La vie en Christ et son union avec lui ».  C’est lorsque ce but est oublié que le couple est en danger.


    +Métropolite Michel Laroche

    (1) C’est un chapitre qui manquait dans notre ouvrage publié  il y a près de trente ans (1984) qui est  toujours réédité à l’étranger, mais épuisé depuis trois ans en France : « Une seule chair - L’aventure Mystique du Couple » (près de 80.000 exemplaires vendu dans le monde).
    (2) Mt V, 43-48
    (3) Mt V, 43-48
     (4) Mt VI, 12
    (5) Lc VI 37
    (6) Is  CIII, 7-8
     (7) Jn VIII, 5
     (8) I Co. XIII, 7
    (9) Mt XXV, 14-30
    (10) I Co VI, 16
    (11) Lire notre ouvrage sur ce sujet « Secondes Noces ». Ed. Bayard-Presse. Paris.  Éd. Le Centurion. Bayard Presse. Paris 1996. Épuisé

  • Orthodoxie, homophobie et homosexualité : « Ne jugez pas », un enseignement oublié du Christ.

     

    Pharisien Publicain.jpg

     

     

    Orthodoxie, homophobie et homosexualité : « Ne jugez pas »,  un enseignement oublié du Christ.

     

     

     

    Par le  Métropolite Michel Laroche

     

     

     

    I Changeons notre regard.

    Dans cette première Semaine du Triode de Carême nous pensons utile de parler  de l’importance du non jugement, comme pédagogie christocentrique pour la guérison de l’âme et du corps de chacun d’entre nous.  Pour cela nous aborderons un sujet  de société qui se prete au jugement : l’homosexualité et son corolaire l’homophobie. Nous  n’appréhenderons pas la question de l’homosexualité de son point de vue de la théologie morale, mais dans son aspect sociale et  pastoral de la part des Églises Chrétiennes et tout particulièrement de l’Église Orthodoxe.  Nous invitons ceux qui désireraient approfondir le versant moral,  éthique et théologique de la question à se reporter sur le remarquable article du théologien Père Marc-Antoine Costa de Beauregard (que l’on peut trouver sur l’Internet en tapant son nom) qui a traité ce sujet délicat avec une rare inspiration. 

    Le sujet de l’homosexualité pose de nombreuses questions aux  Églises Chrétiennes, mais nous dirions de la même manière que ceux posés  par les  personnes  divorcées remariées à la quelle l’Église Orthodoxe apporte une réponse généreuse en permettant un second, voir un troisième mariage religieux (1)[1], ou celle de l’avortement, de la contraception, des relations amoureuses hors ou dans le mariage[2] et une multitude de thèmes dans les quels éthique et morale s’entremêlent et à propos desquels les Églises tentent de donner des réponses en accord avec leurs dogmes.

    Toutes ces questions sont également posées quotidiennement  à de  simples  prêtres de paroisses, qui  avec leur foi et  compréhension, sont confrontés à une foultitude de situations dramatiques qui ont abouti, parfois, à la destruction des personnes,  ces blessés de la vie, et qui requièrent de leur part un accompagnement qu’ils s’efforcent d’accomplir chaque jour par l’amour du Christ dont ils sont les plus humbles témoins. Dans cet article, c’est ce regard de compassion du modeste prêtre de paroisse ou du Père spirituel inconnu dans un monastère, appelé par le Christ à exercer la miséricorde dans la justesse de la foi orthodoxe envers tous ces malades, ces estropiés de la vie que nous nous efforcerons de recouvrer. Nous pensons particulièrement aux femmes que nous avons croisées dans notre existence, lorsque nous étions  un simple de prêtre de paroisse durant plus de trente ans, qui avaient vécu dans leur chair le drame, la déchirure de l’avortement et qui demandaient une prière de  l’Église et surtout de la compassion. Est-ce que nous devions leur dire que nous les condamnions,  en renforçant de cette manière leur culpabilité, où devions-nous tout simplement nous efforcer de les « comprendre » et de les aimer ? Nous pensons aussi  aux femmes battues qui  s’étant séparées et remariées ne supportaient pas la seconde condamnation, ce jugement en pointillé que l’on désigne dans l’Église Catholique  par  la dénomination : «  Les divorcés remariés » portée,  elle aussi, comme une étoile de David.

    Le jugement de l’autre commence toujours par sa mise en ghetto verbale ou institutionnelle. L’homme pour exclure l’autre, le condamner commence par le désigner et à forger autour de son sujet une définition qui supplante toute réalité de la personne. Si nous avons soulevé la question des « divorcés remariés » c’est précisément parce que dans l’Église Orthodoxe il n’existe pas de catégorie répondant à cette définition, nous avons des personnes divorcées et remariées à l’Église, qui ne se distinguent pas d’avantage que cela des autres. En revanche elles sont désignées de cette manière, même pour leur dire qu’on les aime, par l’Église Catholique. Précisément l’erreur commence ici.

    Celui qui par exemple dit qu’il a des «amis juifs » est bien évidement un antisémite, car il désigne cet autre qu’il considère comme différent catégoriellement et non personnellement : mon ami  « un tel » ; de même celui qui affirme qu’il a des « amis homosexuels »  est-il  au fond de lui-même allergique aux personnes homosexuelles, et celui qui  prétend avoir des « amis arabes »  éprouvent à leur endroit un amalgame avec l’islam fondamentaliste. La liste est longue ;  trop longue.  

    Abordons maintenant le sujet de l’homophobie. Le mot sémantiquement désigne, non pas comme on le pense, à tort, aujourd’hui, celui qui aurait la phobie des homosexuels, mais tout simplement celui qui a la phobie de l’homo tout seul c’est-à-dire de l’homo sapiens, l’être humain. Le Robert est précis sur ce mot : « Latin homo, hominis, homme.  Genre de la famille des hominidés auquel appartient l’espèce humaine. » Et cela me convient parfaitement,  puisqu’il définit l’ensemble de l’humanité auquel nous appartenons tous. Nous sommes dans la justesse d’un mot qui n’enferme pas et qui ne désigne pas en se singularisant par une définition qui n’exprimerait absolument pas le mystère de la personne humaine.

    Nous pouvons bien entendu parler des Juifs, des Musulmans et des Chrétiens, et en affinant nos critères,  des Orthodoxes, des Catholiques et des Protestants, et pourquoi pas des personnes divorcées remariées, non pas comme des espèces singulières, mais comme des situations qui se rencontrent dans la vie ; pourquoi pas de même pour l’homosexualité. Il ne faut pas confondre le sujet comme des questions qui se posent  dans notre société avec des catégories artificielles qui sont créés par nous, au seul fait  que nous en avons peur, et qu’elles nous dérangent d’une manière ou d’une autre. Certes les Chrétiens, comme les Juifs, comme les Protestants, les Musulmans,  sont constitués en « ecclésia » (assemblée). Il en est de même pour l’appartenance à un parti politique.   D’un membre du parti socialiste nous disons qu’il est « Socialiste » . Tout cela est du domaine de la conviction religieuse ou philosophique personnelles, et ne peut être invoqué comme une mise en ghetto, sauf par la personne elle-même, si elle le revendique. Rien de répréhensible dans ces définitions qui ne désignent que des   courants de pensée. En revanche une frontière est franchie lorsque nous parlons d’un groupe humain dénommé les : « avortées », les « divorcée »,  les « adultères » ou  les « homosexuels » les « femmes avortées. »  Cette mise en ghetto est préjudiciable à la dignité de la personne humaine, comme image de Dieu. Certes le péché voile l’image de Dieu dans chaque homme, mais cela est vrais pour tout péché et non pour une seule catégorie qui serait plus blâmable qu’une autre. Qui sommes nous pour réduire une personne à une action délétère en la désignant plus qu’une autre dans une réduction de son humanité créée à l’image de Dieu ? Il est urgent de changer notre regard sur l’autre, cet étranger, cette personne qui nous dérange ou qui nous scandalise.

     II Juger au Nom du Christ ou ne pas juger au Nom du Christ ?

     Juger au Nom du Christ ou ne pas juger au Nom du Christ ? La question est bien réelle. Le Christ nous dit dans son Évangile « Ne juger pas. » (3)[3] Parfois des responsables religieux chrétiens, comme hier les Pharisiens, jugent et les condamnent au Nom du Christ, en se séparant « de facto » de l’Évangile, un groupe humain, comme nous l’avons évoqué au début de cet article.

    Nous aimons précisément cet Évangile où l’on conduit devant le Christ une femme surprise dans l’adultère punie de lapidation à cette époque dans la tradition  Juive. Pour embarrasser le Christ dont on avait à plusieurs reprise éprouvé l’inlassable amour, des Pharisiens l’interrogent en lui disant : « Notre loi condamne cette femme à la lapidation et  toi que dis-tu ? » Le Christ répond cette phrase toute simple qui est un véritable  défi à toute exégèse compliquée : « Que celui qui n’a jamais péché lui lance la première pierre ».( 4)[4] Et  tous, à commencer évidement par les personnes les plus âgées se retirent, nous précise l’Évangile, sans doute parce que sur la longueur de  leur existence elles avaient eu, davantage que les plus jeunes, des occasions de chutes, parfois même en  secret dans le même péché. En regardant de la même  manière que ceux qui conduisirent au Christ la femme adultère, des personnes que nous désignons arbitrairement  comme « pécheurs publiques »,  nous signifions que leur péché est plus important qu’un autre péché, que nos propres fautes. Nous établissons une hiérarchie inquiétante entre des péchés invisibles qui seraient moins grave que des péchés visibles.  Nous reviendrons plus loin  sur cette hiérarchisation des fautes.  Tous ceux, Églises comme individus, qui stigmatisent de cette manière un groupe de personnes dans une dénomination singulière, telles que celles que nos avons énoncé : prostituées, adultères, homosexuels, ivrognes, drogués,  avortés, et autrefois publicains, … participent monstrueusement à l’annihilation  du mystère de la personne unique qui disparaît dans le nouvel étiquetage du  « péché » dans lequel elle est dénaturée, déshypostasiées. Tous les signes  dans ses personnes privées d’hypostase qui pourraient les conduire au repentir et  à la sainteté sont niés. Le regard que nous sommes amenés à porter sur elles est un regard qui tue et non un regard qui sauve. Le Christ ne regarde pas ainsi le pécheur sinon il n’y aurait plus l’espérance du salut.

    Saint Séraphim de Sarov apporte une réponse savoureuse à cette question,  dans un récit présent uniquement dans une de ses vies, écrite par le grand Starets Serbe le Père Justin Popovitch. Séraphim fait une prédiction terrible à un de ses disciples, un colonel russe extrêmement vertueux et pieux, respectant toutes les règles de l’Église,  en lui prophétisant qu’après sa dormition il deviendrait un ivrogne, mais qu’à la fin de sa vie il guérirait,  et qu’il mourait en paix.  L’ivrognerie n’est pas un péché anodin ; elle est considérée par l’Église comme une passion pouvant conduire l’âme à de graves égarements comme pour Lot. Ce pauvre colonel qui avait confiance dans le saint était mortifié de cette révélation, et Séraphim lui expliqua : «  Dieu permet parfois à des âmes de tomber dans des péchés visibles afin que par l’humilité venant de l’humiliation d’une faute  publique, elles leurs évitent les péchés invisibles beaucoup plus mortels ». Le saint avait en vu l’orgueil qui accompagne souvent la vertu extérieure.

    Comme il est commode et rassurant de ranger ainsi les gens dans des tiroirs bien étiquetés et de leur donner la bonne recette, la punition adaptée,  de distinguer la brebis galeuse qui risque de contaminer le troupeau.

    III Aujourd’hui assassin et demain un saint

    Quelqu'un est-il capable de répondre à cette question: quelle était la démarche intérieur que Paul avait et qui le conduisit pourtant au Christ, lorsqu'il persécutait les premiers chrétiens ? Dans quelle catégorie aurait-il fallu le classer ? Ceux qui voyaient Saul était convaincu qu’il ne changerait jamais et qu’il était un ennemi acharné du Christ. Lorsque Saul assistait en l'approuvant à la lapidation de Stephanos , il était pourtant, sans le savoir, déjà en présence du Christ, qui transfigurait Stéphanos. Un Abba raconte cette métaphore : Saul croisa le regard de saint  Stéphanos qui ne le jugeait pas, qui semblait même l'aimer et l'admirer. Troublé il se demanda : pourquoi cet homme dont je hais la doctrine, m'aime-t-il au seuil de la mort. Pourquoi semble-t-il m'admirer? Est-il fou ? Stéphanos explique cet Abba voyait en Saul le futur Paul. Son regard semait de la bonne graine dans le bon côté du jardin de Saul. Aujourd'hui assassin, mais peut-être demain un saint. Tel doit-être notre regard sur tout être humain, même si c’est notre ennemi,  qu’il nous persécute et nous calomnie. Lorsque quelqu'un semble être un étranger au Christ, jusqu'à persécuter ses serviteurs, lorsque quelqu'un te fait du mal, ne le juge pas car tu risquerais de condamner le Bon Larron qui se converti au seuil de la mort; tu risquerais par ton regard d'empêcher la conversion de Saul en Paul. Car ton mauvais regard sème de la mauvaise graine tenace dans le mauvais côté du jardin de celui que tu juges. Connais -tu le plan du Seigneur sur cette hypostase? Es-tu Dieu à la place de Dieu ? Car celui qui juge se prend pour Dieu.  Au contraire sème dans le Bon côté du jardin de ton frère; crois que le Christ va agir en lui comme il le fit pour Paul. Regarde celui qui te persécute au nom d'une fausse vérité, comme si tu savais qu’il allait un jour devenir un saint, alors que toi, tu n'es qu'une poussière. Tiens toi toujours comme le dernier de tous, le pire de tous. Prie pour les ennemis et pratique le pardon illimité « alors la paix de Dieu qui surpasse tout intellect gardera ton cœur en Jésus Christ » ( Ph. IV-7)  

    La question de fond est posée par le Christ dans l’Évangile de la femme adultère : qui sommes-nous pour porter des jugements, voir des condamnations  sur autrui ? Le rejet des personnes homosexuelles, car il est question de cela dans l’homophobie, est en réalité beaucoup plus vaste que ce seul sujet. Certains nous objecterons : «  Mais l’Église condamne l’homosexualité ! » L’Église rejette également l’adultère, l’égoïsme,  l’orgueil, l’avarice, la médisance, le jugement d’autrui, la haine,  le non pardon, la jalousie, l’envie,  le meurtre, l’hérésie, …et le jugement !  La liste est trop longue pour mentionner tous les sujets sur lesquels l’Église exprime des réserves, voir des réprobations. Nous n’abordons pas dans et article le sujet de la nature de chacun de ces péchés que l’Église réprouve, non pour condamner la personne, mais pour la délivrer de ses passions. Mieux vaut montrer toute la beauté qui est perdue à cause d’un péché,  que de trop insister sur le péché lui-même, car alors nous prenons le risque d’identifier cette personne au péché.  Le péché n’est jamais une définition de l’homme, il n’est  que l’enferment momentané d’une personne dans une passion. Affirmer :« Il est égoïste » place au niveau de l’hypostase la passion qui, peut-être, entache pour un moment cette âme. Nous devrions exprimer : « Il agit pour le moment d’une manière égoïste ».  Alors nous comprenons que tout bannissement catégoriel dans l’Ecclésia, que ce soit, selon notre exemple, les égoïstes, ou les prostitués, ou les Publicains, ou les   homosexuels est à bannir.

     

     Les Pères du désert, avec Séraphim de Sarov qui reprend dans une forêt de la profonde Russie leur vie anachorétique et leur enseignement, nous disent : « Aime le pécheur, mais haïs le péché. » Ne nous trompons pas de « cible » ; à vouloir que les autres soient parfaits nous nous hissons à la hauteur de Dieu, et nous oublions que nos péchés moins visibles sont sans doute pires que celui que nous dénonçons.

     

     Celui qui rejette un autre, quel qu’il soit, c’est en réalité toute l’humanité qu’il rejette.  Il ne fait que commencer par rejeter cet autre, cet homosexuel, ce divorcé, cet adultère, cette prostituée, ce juif, cet arabe, ce trisomique[5],  mais ensuite cette singularisation qui se poursuit en condamnation  de l’autre s’étend, invariablement, à toute l’humanité. Il faut se souvenir que dans les camps de concentration on exterminait non seulement des « Juifs » des « Tziganes », les « Serbes Orthodoxes »,  mais aussi des « Homosexuels »  qui étaient désignés non par l’étoile de David, mais par un triangle rose. Le  groupe artificiel « Homosexuels » avait sa propre  rouelle[6] (6).

    Le Christ prend comme exemple de la prière parfaite, celle d’un « Publicain »(7)[7] qui était à son époque un être humain condamné unanimement par toute la société civile comme religieuse. Les publicains étaient des « collabos » qui percevaient les impôts pour l’occupant Romain.  Ils appartenaient réellement à la catégorie des pécheurs publics dans laquelle certaines églises aujourd’hui enferment les personnes homosexuelles comme les divorcés remariés. Pourtant, c’est la prière de ce réprouvé, de cet exclu,  qui est donnée en exemple par le Christ comme étant la prière de l’humilité parfaite : le publicain ne juge personne, et il examine ces problèmes personnels en homme libre devant Dieu seul qui l’écoute. Et dans la même parabole le Christ discerne le jugement et la fausse prière qu’il produit, que le vertueux Pharisien porte sur ce Publicain, n’ont aucune valeur spirituelle. Un Père du désert disait à ses disciples: «  Tant que tu juges un seul homme, tu n’as pas commencé à prier. » On raconte également  qu’un frère vient voir son Abba pour dénoncer le péché d’un frère de la communauté. L’Abba silencieusement se prosterne devant son disciple. Celui-ci proteste : « Relèves-toi mon Abba. Pourquoi te prosternes-tu devant mon indignité ?» Et l’Abba de lui répondre :  « Parce que tu es sans doute devenu Dieu pour pouvoir ainsi juger ton frère ». 

    Mais la question fondamentale du jugement de l’autre pour un chrétien est celle-ci : «  Au plus petit à qui vous l’avez fait c’est à moi que vous l’avez fait » (8)[8]  enseigne le Christ. Il n’y a ici aucune exception. Celui que nous rejetons, quelques soient les reproches moraux  que nous pouvons lui faire, sera toujours le Christ. Sans oublier que le Christ introduit en premier, avant une multitude de justes,  un autre condamné dans le Paradis, lorsqu’il promet au Bon Larron, pourtant lui aussi un pécheur publique : « Aujourd’hui tu seras avec moi au Paradis »( 9) [9].

    Dans la prière de saint Ephrem le Syrien que chaque croyant Orthodoxe prononce durant tout le Carême, il dit : « Donnes moi de voir mes fautes te de ne pas juger mon frère » sans rentrer dans toute la profondeur de cette demande,  le non  jugement est une priorité spirituelle pour l’Église Orthodoxe. L’homophobie est fondamentalement le jugement et la condamnation de l’autre en l’identifiant, en ce qui concerne l’homosexualité, à une action que nous réprouverions.  En tant que telle, elle s’oppose à la parole éternelle de celui qui a dit : « Ne jugez pas ». Et elle contredit également cette autre promesse que le Christ adresse aux soi disant  plus vertueux d’entre nous, en identifiant cette fois-ci clairement par les catégories par lesquelles nous les désignons dans nos « jugements », c’est-à-dire   tous ceux que nous considérons condamnés automatiquement par leurs péchés: «  Les prostituées vous devancerons dans le Royaumes des cieux ». (10) [10]  Les « prostituées » n’existent pas en tant que telles pour le Christ. Il en parle ainsi à cause du jugement qui est portée sur elle par la société de son époque. Pourtant la prostitution pose des questions morales aux quelles le Christ apporte, par ailleurs, des réponses, comme pour l’adultère. Mais le Seigneur se garde bien d’identifier la personne avec par exemple la prostitution ou l’adultère. Nous appliquons aux personnes homosexuelles, comme à tout être humain,   ce non jugement du Christ.  Le regard du Christ discerne, au-delà de nos critères limités, l’unicité de la personne humaine et son mystère, mystère de la relation que Lui a comme Fils de Dieu et Fils de l’homme avec chaque personne (en grec : Hypostasis).  

     

    Méditons cette autre parole du Christ au contenu illimité comme est nous l’espérons illimité son amour et son pardon : « Je ne suis pas venu pour les justes mais pour les pécheurs  »(11) et « je ne suis pas venu pour les biens portants mais pour les malades. » (12)

    Peut-être pensons-nous qu’il y a  des degrés dans la maladie et dans les malades  pour les quels le Christ ne serait pas venu ? Au fond de nous-mêmes nous parvenons, avec ce raisonnement,  à affirmer que le Christ ne serait  pas mort pour tous les pécheurs, qu’il ne donnerait pas la possibilité du salut à certaines catégories de pécheurs, et qu’il ne porterait pas dans sa chair transpercée et couronnée d’épines la totalité de l’humanité.

    Nous écartons du Christ certains pécheurs parce que  nous les trouvons trop pécheurs, trop malades.

    Le Christ répond à cette question : « Ce ne sont pas les vigoureux qui ont besoin de médecin, mais les mal-portants. Allez donc apprendre ce que signifie : je ne veux la miséricorde et non le sacrifice. » (13)

    C’est  pourtant  exactement la conclusion à laquelle était parvenue  le Fils aîné qui établie une hiérarchie entre les péchés, ceux  que le Père pouvait pardonner et ceux qui étaient impardonnables, en refusant le pardon de son Père envers son frère « mort » à cause du péché. Le Père répond, nous l’imaginons  presque en gémissant, devant l’obstination de son fils aîné : « Mais il fallait faire fête et se réjouir, car ton frère que voilà était mort et il revit ; il était perdu et il est retrouvé. » (14) Le fils aîné  est  scandalisé de la mansuétude et même de l’exagération  du Père qui recevait royalement dans sa tente le Fils Prodigue qui avait dépensé l’argent de son héritage avec les prostitués.(15)

    Et si l’on veux réellement établir une hiérarchie entre les péchés, sainte Synclétique nous rappelle : « Car les démons en on fait, et en font plus que toi : ils ne mangent pas, ne se marie pas ( ils ne connaissent pas la chair) , ne dorment pas ; bien plus ils vient dans le désert, si toi habitant dans une grotte, tu t’imagine faire un exploit. » Parce que, selon les Pères et Mères du désert, ce n’est pas la chair qui constitue le plus grand des péchés mais l’orgueil de Satan qui a aboutie à la  destruction de  création et la première humanité parfaite créé par Dieu. Synclétique rappelle également que « Raab était une prostituée, mas sa foi l’a sauvée », elle reprend notre exemple avec Paul : « Paul le persécuteur est devenu « un vase l’élection », et « Mathieu le Publicain : personne n’ignore la grâce qu’il a reçu » ; et elle conclue : « Le Larron volait et tuait : il fut pourtant le premier à franchir la porte du Paradis. » Cette dernière interprétation de l’Évangile sera reprise par l’ensemble des Pères de l’Église dont Ephrem le Syrien. Elle conclue : «  Fixe donc les yeux su ceux-là et ne désespère pas. » (16) Nous ajouterons « Fixe donc les yeux sur ceux là et ne juge plus. »

    IV Laissons les solutions pastorales de ses questions aux prêtres de paroisses et aux moines.

    Laissons cette question là où elle aurait du rester, c’est à dire au niveau d’une interrogation d’ordre des passions pour lesquelles les croyants viennent consulter des Pères spirituels dans les paroisses ou dans les monastères.  Dans notre vie de prêtre nous avons eu à confesser toute sortes de péchés ; nous avons toujours trouvé le repentir sincère chez des personnes confessant des actes délétères charnels selon les définitions de l’Église : «  Adultère, impureté, homosexualité tant masculine que féminine, meurtre, avortement… ». Mais ce repentir cette humilité indispensable à notre guérison intérieure,  nous ne l’avons presque jamais rencontré dans des personnes qui nous affirmaient parfois n’avoir pas besoin de confession, lorsque l’orgueil se dissimulait en elles, dans les habits de la vertu,  recouvrant l’âme de ses parures ornementées.  Les Église en désignant publiquement une catégorie de pécheurs qui pratiquement ne peuvent pas être sauvés,  favorisent et entretiennent  un péché plus grand et invisible chez beaucoup de personnes qui ne rentrent pas dans la catégorie désignée à l’opprobre  publiques : l’orgueil ! En établissant des barèmes de comparaisons entre les pécheurs, des plus importants au moins importants,  les Églises incitent inconsciemment  chacun à se comparer aux autres, et comme le Fils aîné  de dire au Père, qui se compare au Fils Prodigue : «  Ne t’ai-je pas toujours été fidèle ? ». L’orgueil et le jugement commencent exactement ici . Nous retenons également  sur ce sujet la parole de saint Syméon le nouveau le Théologien pour lequel : « Il n’y a pas de petit péché. »

     

    V Vers une nouvelle inquisition  ou vers de nouvelles portes pastorales ?

    Mais de telles désignations à la vindicte publique comme celle de l’homosexualité ont existées et existent encore dans l’Église Orthodoxe. Beaucoup d’Églises Orthodoxes locales en sont encore à avoir la position du Fils aîné de la Parabole dans cette question douloureuse. Je pense en particulier à la désastreuse déclaration du précédent patriarche de Roumanie Teoctist (1915-2007) avec le saint Synode de Roumanie en 1996 et en 2000 qui s’opposèrent  publiquement au  fait que la Chambre des Députés roumaine  envisageait  d’abolir une loi réprimant par la prison  le délit d’homosexualité. L’Église Roumaine se contenta de demander vertueusement que la législation concernant l’homosexualité ne change pas au nom de la morale chrétienne. Derrière cette euphémisme pharisaïque, se dressait pourtant l’emprisonnent des personnes convaincu d’homosexualité auquel condamnait cette loi, ce que n’ignoraient évidemment pas l’épiscopat  Roumain.  Nous ne pensons pas qu’une Église devrait demander à un État de châtier une catégorie de personnes pour des questions d’ordre morale concernant leur vie privée, du moment qu’il n’y a pas atteinte aux enfants. C’est comme si cette Église livrait elle-même  ces personnes au bras séculier pour qu’elles reçoivent un châtiment corporel,  infligé institutionnellement par l’État. Ces Église oublient que ce sont les Grands Prêtres qui livrèrent le Christ, au motif de  l’accusation de blasphème, à Pilate qui était le bras séculier de l’Empire Romain, pour qu’Il soit crucifié. L’inquisition  n’a pas d’autre model. Ce péché selon nous est encore infiniment plus grand que celui que l’Église Roumaine cherchait à faire condamner par l’état.

    Le Saint  Synode de  l’Église d’Amérique en 1992 s’est lui, à l’opposer de cette attitude, exprimé d’une manière profondément pastorale à propos de ce sujet, tout en soulignant que l’homosexualité, comme telle,  était une révolte de la nature contre Dieu, comme le sont pour nous tous les péchés : « Les hommes et les femmes ayant des sentiments et des émotions homosexuels doivent être traités avec la compréhension, l'acceptation, l'amour, la justice et la miséricorde dus à tous les êtres humains. (…) Les personnes (homosexuelles) instruites et trouvant conseil dans la foi chrétienne orthodoxe et la vie ascétique et qui veulent encore justifier leur attitude, ne peuvent pas participer aux mystères sacramentels de l'Église, puisque le faire ne les aiderait pas, mais, au contraire, leur ferait du mal ». Mais soulignons  cette dernière partie du texte s’applique dans l’Église Orthodoxe à tous les péchés et non à un en particulier.

    Ce que ne dit pas ce texte, c’est que dans l’Église Orthodoxe on pratique l’économie qui est l’application de la parole du Seigneur « Le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat. » (17) La vie est plus grande que la mort. « Qui un jour de sabbat voyant son unique brebis tombé dans un puis ne va l’y chercher. Combien vaut mieux un homme qu’un brebis » (18)

     

     VI La première démarche pastorale : voir ses propres fautes et ne plus juger.

     

    « Prêtre, évêque, moine, Considères tout pécheur  qui vient vers toi se confesser comme ton unique brebis et trouves tous les moyens pour aller la chercher dans la fosse. Et le bon moyen pour le faire c’est intérieurement te tenir toi aussi comme le pire de tous au fond de cette même fosse. »  

    Laissons aux prêtres de paroisse dans le silence du sacrement de la confession la pédagogie d’accueillir   ces âmes qui viennent recevoir un éclairage sur leur vie. Et là nous ne parlons évidemment pas exclusivement de cette seule passion, mais de toutes les passions qui obscurcissent le cœur de l’homme.

    Nous terminons cette médiation de Carême par  plusieurs pensées et prières des Pères du désert :

     La  prière de saint Éphrem le Syrien qui ponctue tous nos offices : « Donne-moi de voir mes fautes et de ne pas juger mon frère. » En vérité si nous sommes occupés par la vison charismatiques de nos péchés nous ne regardons plus « la paille qui est dans l’œil de l’autre ». Pour les Pères du désert le non jugement commence toujours par la vision de ses propres péchés. Saint Isaac le Syrien précise « que celui qui voit se péchés est plus grand que celui dont la prière ressuscite un mort. » « Pourquoi ? » questionna un disciple à son Abba ». Celui-ci répond : « Parce que celui qui ressuscite un mort ne ressuscite que le mort d’un autre, alors que celui qui voit ses péchés c’est son propre mort, c’est à dire son âme, qu’il ressuscite de la mort éternelle. » 

    Au commencement du Carême il est précisé dans le Synaxaire qui est lu après la 6ème Ode du dimanche du Pharisien et du Publicain : « Il vaut mieux se repentir après avoir  péché que de s’enorgueillir pour avoir fait ce qui est juste ». 

    « Le silence sera le langage du siècle avenir » dit saint Isaac le Syrien : le premier silence de la vie chrétienne est le non jugement. C’est là sans doute un autre enseignement oublié du Christ.

     

     

    + Métropolite Michel Laroche  

    Rédigé dans la Première Semaine du Triode de Carême, du Pharisien et du Publicain  2011 

     

    (1) Sur le divorce : Lire notre ouvrage « Secondes Noces » Éditions Bayard/Centurion Paris  1996

      (2) Sur le couple : Lire notre ouvrage : «  Une seule chair.  L’aventure Mystique du couple» collection « Foi vivante » éditions Le Cerf 1998

    (3) Lc VI, 37 « Ne jugez-pas et vous ne serez pas jugés »

     (4) Jn VII, 7-11 

     (5)Le régime nazi en Allemagne pratiquait l’euthanasie  des personnes trisomiques pour préserver la race  arienne de toute impureté.

     (6) La rouelle sorte de petite roue rouge en tissus était portée sur les vêtements au Moyen-Age par les Juifs pour les distingués des autres personnes.

    (7) Lc XVIII, 10-14

    (8) Mt XXV, 40

     (9) Lc XXIII, 43

    (10) Mt XXI, 31

    (11) Mt IX, 13 ; Mc II, 13-17 

     (12) Ibidem

    (13) Ibidem

    (14) Lc XV, 32

     (15) Lc XV, 11-32

    (16) In « Vie de Sainte Syclétique » P.48-49 Spiritualité Orientale N° 9  Éd. Bellefontaine

    (17) Mc II, 27-28

    (18) Mt XII, 11 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    [1]  Sur le divorce : Lire notre ouvrage « Secondes Noces » Éditions Bayard/Centurion Paris  1996

    [2] Sur le couple : Lire notre ouvrage : «  Une seule chair.  L’aventure Mystique du couple» collection « Foi vivante » éditions Le Cerf 1998

    [3] Lc VI, 37 « Ne jugez-pas et vous ne serez pas jugés »

    [4] Jn VII, 7-11

    [5] Le régime nazi en Allemagne pratiquait l’euthanasie  des personnes trisomiques pour préserver la race  arienne de toute impureté.

    [6] La rouelle sorte de petite roue rouge en tissus était portée sur les vêtements au Moyen-Age par les Juifs pour les distingués des autres personnes.

    [7] Lc XVIII, 10-14

    [8] Mt XXV, 40

    [9] Lc XXIII, 43

    [10] Mt XXI, 31

     

     

    Orthodoxie, homophobie et homosexualité : « Ne jugez pas »,  un enseignement oublié du Christ.

     

     

     

    Par le  Métropolite Michel Laroche

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    [1]  Sur le divorce : Lire notre ouvrage « Secondes Noces » Éditions Bayard/Centurion Paris  1996

    [2] Sur le couple : Lire notre ouvrage : «  Une seule chair.  L’aventure Mystique du couple» collection « Foi vivante » éditions Le Cerf 1998

    [3] Lc VI, 37 « Ne jugez-pas et vous ne serez pas jugés »

    [4] Jn VII, 7-11

    [5] Le régime nazi en Allemagne pratiquait l’euthanasie  des personnes trisomiques pour préserver la race  arienne de toute impureté.

    [6] La rouelle sorte de petite roue rouge en tissus était portée sur les vêtements au Moyen-Age par les Juifs pour les distingués des autres personnes.

    [7] Lc XVIII, 10-14

    [8] Mt XXV, 40

    [9] Lc XXIII, 43

    [10] Mt XXI, 31